Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Et si on parlait de science économique ?

Posted by olivier_anthore on 25th octobre 2011

Ma deuxième chronique diffusée sur 133b

C’est la crise. Combien de fois déjà avons nous entendu cette phrase ? Avons nous souvenir d’une période où justement ce n’était pas la crise ? Pour ma part, depuis ma naissance, je suis né en 1970, ou du moins depuis que j’ai conscience du monde, j’ai l’impression que la crise est un état permanent.

Or, par définition la crise est passagère correspondant au passage d’un état vers un autre. Alors quid ? La France, patrie des armes et des lois, aurait elle inventé la crise permanente à défaut de la révolution permanente ?

Ou alors serait-ce pas que nous vivons en permanence dans un pays où discours politique et réalité seraient en déconnexion permanente depuis plus de trente ans ?

Cette déconnexion est rendue criante par l’apparente incapacité des hommes politique à parler clairement d’économie. Des petites phrases sont jetées en pâtures aux médias et, sans s’attacher au fond, nous n’arrivons à retenir que la forme. Force de la formule, misère de la réflexion.

Il y a pourtant des grandeurs simples qui permettent de comprendre rapidement un problème : Produit Intérieur Brut (PIB), inflation, valeur importée et exportée.

Mais ces quelques grandeurs ne prennent sens que si on admet quelques hypothèses. Une de ces hypothèse est que nous vivons dans un monde ouvert. Cette hypothèse peut être contestée, c’est une hypothèse et donc elle peut être soumise à un choix politique.

La question, si l’on souhaitait la remettre en cause, serait de définir un espace clos ou quasi-clos à dimension nationale ou européenne.

Nous retrouverions cette tentation récurrente de l’autarcie. Autarcie qui générerait alors ses propres problèmes, il n’y a pas de solution miracle, comme par exemple un coût beaucoup plus élevé des importations et donc un changements assez radical de mode de vie. Un choix démocratique qui mériterait d’être débattu donc en particulier sur les aspects de sa faisabilité.

Faisabilité car, pour la mettre place il faut savoir sur quel territoire on se base. Une dimension nationale stricte semble aujourd’hui difficile pour la majorité. Ce serait le glas de l’Union Européenne, ce qui peut être encore un choix politique mais qui apparaîtrait contre le sens de l’histoire au vu des grands blocs qui structurent le monde d’aujourd’hui.

Alors au niveau européen ? L’idée est séduisante. En effet, avec ses 27 pays, 33 avec les potentiels entrants, nous aurions un marché suffisant et des capacités de production permettant, presque, de nous passer du reste du monde.

Mais il apparaît difficile à la France de décider seule, quand bien même nous serions convaincu, car, pour le coup, on comprendrait que sur un tel sujet seule l’unanimité serait juste. Une économie comme l’Allemagne, tournée vers le monde avec près de 30% de ses importations et 25% de ses exportations hors d’Europe en 2006, se remettrait difficilement d’un tel choix.

On voit ici un des enjeux qui se dessinent dans les débats économiques. C’est une question de choix, que sommes nous prêt à accepter comme évolution pour notre pays ? L’illusion serait de croire que ces choix soient sans incidences sur notre quotidien. Encore pire serait l’illusion de croire que l’un d’entre eux nous ramènerai à une époque bénie, et illusoire, où coulait le lait et le miel.

Fondamentalement, ce qui explique l’apparence complexité du discours sur l’économie, c’est que contrairement au discours sur l’économie, l’économie a changée. Les choix sont alors de décider de nous adapter résolument à la nouvelle donne comme l’Allemagne et le Royaume Uni ou de nous y opposer partiellement ou totalement. Pour ce dernier choix, il faudra juste réaliser que nous serons les seuls en Europe à faire ce choix et en tirer les conséquences.

Posted in Chroniques | Commentaires fermés sur Et si on parlait de science économique ?

Science et démocratie

Posted by olivier_anthore on 5th octobre 2011

Vous trouverez ci-dessous le texte de la chronique diffusée cette semaine sur la webradio 133b

 

Je reprends avec plaisir un cycle de chroniques pour partager avec vous le fruit de mes lectures et de mes réflexions.

L’année dernière, j’avais axé ces chroniques sur les collectivités locales et leur organisation, je souhaitai cette année changer de domaine et parler plus de science et de démocratie.

Rapprochement étrange en apparence mais qui vous apparaîtra plus clairement à la fin de cette chronique. En effet, ce que je veux faire c’est illustrer ce en quoi science et technologie ont besoin d’un réel débat démocratique.

Mais, me direz vous, ce débat existe déjà ! Par exemple, un Grenelle de l’environnement a eu lieu. Les mouvements contre les OGM, type faucheurs volontaires, et contre l’extraction des gaz de schistes sont très présents dans les médias.

Or ces deux types de débats engagent, à chaque fois, des franges minoritaires de la population et se règlent dans des cadres qui sont, à chaque fois, éloignés du vote.

Ceci est devenu tellement systématique que vous trouverez des penseurs politiques qui vous expliqueront, doctement, qu’il est impossible qu’il en soit autrement.

Parmi ces penseurs vous trouverez des extrémistes « anti-démocratiques », comme Hans Jonas, William Ophuls [1] et Robert Heilbroner. Pour eux, le temps et l’espace démocratique ne permettent pas une prise en compte des enjeux scientifique dans des délais compatibles avec l’urgence. Ils professent donc une sorte « d ‘écolo-terrorisme » basé sur l’utilisation de « mots obus » afin de pousser par la peur le peuple dans la bonne direction.

D’autres, beaucoup plus modérés, comme MM. Dominique Bourg et Kerry Whiteside, professent une adaptation de la démocratie représentative afin de lui permettre de s’adapter aux changements d’échelles des problèmes[2]. En fait, en lisant leurs propositions, il s’agit essentiellement de mettre en place un pouvoir supplémentaire basé sur l’expertise. Cette expertise proviendrait d’un collège de scientifique, expertise théorique, et des Organisations Non Gouvernementales écologiques, expertise pratique.

Ce qui me frappe dans ces deux visions, que je pense sincères, c’est de vouloir faire le bien du peuple sans lui demander son avis. L’Histoire est pleine de ces utopie dont la réalisation a amené les plus sinistres catastrophes.

Mais il est facile de réaliser que les gens autour de nous, et nous même, nous sentons vite dépassé lorsqu’il est question de science. Impression étrange de se retrouver à l’époque de la démocratie balbutiante en France où le peuple, sans éducation, sentait intuitivement ce qui était bon pour lui mais se trouvait incapable de formaliser ce qu’il voulait.

Pourtant, si nous voulons redonner au débat politique ses lettres de noblesses, il me paraît impensable de ne pas donner les éléments de réflexions nécessaires au peuple. Toute la difficulté est d’essayer d’aborder les sujets sans affects, de faire l’effort de comprendre les arguments de chacun et surtout d’être simple sans être simpliste.

C’est mon ambition pour ce cycle de chroniques.


Références :

  1. Gilles Paquet – Gouvernance restaurée pour le nouveau millénaire (2010)
  2. Le Débat, n°164, mars-avril 2011 – Autour de Vers une démocratie écologique de Dominique Bourg et Kerry Whiteside

Posted in Chroniques | Commentaires fermés sur Science et démocratie

L’étrange agitation sur le genre

Posted by olivier_anthore on 2nd septembre 2011

La rentrée approche, les professeurs s’acheminent vers les écoles et pendant ce temps l’actualité politique semble vouloir focaliser sur les programmes.

Pendant que Luc Chatel souhaite rétablir la morale dans les programmes, une lettre de 80 députés UMP lui a été adressée. M. Copé a d’ailleurs repris à son compte l’inquiétude exprimée de l’apparition des « gender studies » dans certains manuels scolaires destinés aux classes de premières.

Cette inquiétude n’est pas nouvelle. Déjà, au mois de Juin, l’épiscopat français et la direction de l’enseignement catholique s’étaient émus de formulations maladroites présentes dans un manuel sur l’influence de la culture dans l’identité sexuelle.

Je trouves étonnante de cette lettre et cette polémique. En effet, contrairement à ce qui est demandé dans cette lettre, le ministère ne contrôle pas les manuels scolaires quelle que soit la matière. Ces députés, à tout le moins M. Copé, devraient le savoir. Sur ce point, il serait bon de rappeler la liberté de choix du manuel de l’enseignant et, encore plus important, sur sa liberté de prendre la distance qu’il juge utile vis à vis de ce manuel.

Nous avons là clairement une instrumentalisation d’un débat obtenue en tordant la signification des mots. « Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde » disait Camus, nous en voyons là une nouvelle illustration. En effet, nous passons de la notion d’identité sexuelle, cœur d’étude des gender studies, à la notion de pratique sexuelle. Ce qui est dit, dans les extraits cités dans cette lettre, est que le fait de se sentir masculin ou féminin, et la manière de le ressentir, est aussi une construction culturelle. Il n’est donc rien dit des pratiques sexuelles.

Le plus piquant est que ce point de vue est aussi admis par Monseigneur Ginoux : « Il faut d’abord reconnaître que, effectivement, la culture, ce qui est acquis, participe à la construction de notre sexualité ». Son inquiétude se situant sur une utilisation de ces études pour nier la différence biologique entre homme et femme.

Retournons à la prise en main de ce débat par la droite populaire. Cette polémique apparaît comme une sorte de tradition que l’UMP semble vouloir créer lors de l’été des discours chocs à connotations rétrograde. Après l’échec du discours sécuritaire, aurons-nous une tentative de remise au pas de ce qui doit être enseigné aux lycéens ? Où alors, ceci permet de créer le bruit nécessaire pour faire oublier des « repérages » qui violent manifestement la loi.

Pour ma part, je souscris à la vision d’un lycée où se construit une architecture de connaissances et de capacités ainsi qu’une autonomie de jugement. Proposer, en élément de réflexions, la notion de genre aux lycéens apparaît donc comme propre à les aider à construire les choix qu’ils seront amenés à faire en tant que citoyen. Cette réflexion étant accompagnée par un enseignant qui permet la mise à distance de ce que peux affirmer un simple manuel.

Il est essentiel de clarifier ces points car ces confusions participent aux débordements homophobes que nous avons à déplorer trop souvent. Car bien nommer les choses participent à atténuer les malheurs du monde.

Posted in politique | Commentaires fermés sur L’étrange agitation sur le genre

Petit retour sur la corrida

Posted by olivier_anthore on 21st juillet 2011

Un petit billet pour signaler un sujet réalisé par une amie pour le magazine du Sénat. Le sujet est une initiative d’un sénateur soutenu par des parlementaire de tout bord visant à l’interdiction de toute torture envers les animaux sans exceptions.

Image de prévisualisation YouTube

Est il nécesseraire de dire que je soutiens bien évidemment cette initiative parlementaire ?

Posted in politique | Commentaires fermés sur Petit retour sur la corrida

Domination et séduction : l’illusion collective

Posted by olivier_anthore on 22nd mai 2011

« Il aidait ses amis jusque dans leurs entreprises injustes » Plutarque – Vie d’Agésilas

Il y a des événements auquel il est difficile d’échapper et après tout tant mieux. L’arrestation du président du FMI au motif d’une agression sexuelle fait partie de ces événements.

Entendons nous tout de suite sur quelques points : je n’ai aucune information me permettant de mettre en doute la version de la présumée victime ou du présumé coupable. Je reste donc dans l’expectative avec la seule certitude qu’il s’est passé quelque chose dans cette chambre ce samedi midi et que seul un long, et pénible, procès sera capable d’en donner une version qui tienne.

Ce qui a été d’entrée de jeu troublant dans cette affaire ce furent les réactions. Passe encore que les Strauss-Khanien fanatiques défendent bec et ongles leur futur ex-candidat. Mais entendre une autorité morale comme Robert Badinter, ou intellectuelle comme Sylviane Agacinsky se focaliser sur le traitement de Dominique Strauss-Khan, oubliant la femme de chambre, a quelque chose de troublant. Passons aussi sur les réactions quasi ordurières de messieurs Lang et Khan. L’hémiplégie est inquiétante de leur part que l’on se sent obligé de rappeler que si elle dit vrai ce qu’elle a subit est infiniment pire

D’entrée de jeu, M. Strauss-Khan nous a été présenté comme un grand séducteur, un homme à femme, et donc certainement pas comme un violeur. Seulement la légende du grand séducteur s’étiole petit à petit. Sans fouiller dans les poubelles, on peut rappeler le billet de  Jean Quatremer, journaliste à Libération, qui le classait dans les dragueurs lourds. Cet billet avait entraîné des pressions de l’entourage de M. Strauss-Khan pour qu’il le corrige. On est déjà loin du grand séducteur mais pas dans le violeur. L’autre point troublant est la fameuse lettre de la jeune femme avec laquelle M. Strauss-Khan a eu son aventure au FMI. Tout en louant sa grande compétence, elle signalait quelle avait fini par céder à ses avances suite à son agressive insistance et de son utilisation de sa position hiérarchique.

Là le portrait change radicalement, nous ne sommes plus devant un grand séducteur mais quelqu’un qui utilise sa position de pouvoir pour arriver à ses fins.

Cette lettre a entraîné des mesures strictes au FMI. La mesure la plus symbolique a été qu’il ne devait plus rester seul avec une femme dans les bureaux du FMI porte fermée. Le sketch un peu lourd de Stéphane Guillon apparaît dès lors comme en dessous de la réalité. Il était donc de notoriété publique que M. Strauss-Khan avait un problème avec les femmes.

Alors pourquoi cette cécité collective ? Car Dominique Strauss-Khan présidentiable, que nous votions ou pas pour lui, nous y avions tous cru.

L’accusation facile serait de tout mettre sur le dos des journalistes. Ils ont été très léger c’est un fait mais nous ? Voulions nous qu’ils creusent plus? Je ne crois pas : les Français ont une représentation de la séduction trop lié au pouvoir pour se formaliser de ces excès là.

Rappelons nous que nous sommes dans un pays où une femme se fait violer tout les quart d’heure et où très peu porte plainte. Pourquoi ?

Parce que dans notre culture, c’est normal qu’une femme dise non et que l’homme n’en tienne pas compte. Parce que chez nous quand un prof d’université met la pression sur une de ses élèves, ou un chef sur une de ses subordonnées, pour coucher avec elle, nous classons ça plus aisément dans la séduction, ou la drague, que dans le harcèlement.

Très rapidement on assimilera un violeur à un pervers, or un violeur c’est un peu monsieur tout le monde hélas. Pour vous en convaincre, représenter vous le nombre de femme violée chaque année en France : 75 000 femmes. Imaginez-vous que nous serions dans un pays où autant de pervers serait en liberté ?

La plupart sont des monsieur tout le monde qui n’ont pas su s’arrêter. Le taux de récidive faible, quoi qu’on essaye de vous faire croire, de ce genre de criminels le montre assez clairement. Une fois les idées bien remise en place, ils ne recommencent pas. Nous pourrions alors regretter que l’apprentissage du respect ne se soit pas fait avant pour éviter ce gâchis de deux vies : celui de la victime et du coupable.

J’aimerai citer la très belle phrase de Denise Bombardier à propos de cette affaire : « Réalisez vous que le silence ne profite qu’aux puissants ? » Cette phrase est sans doute la plus juste que nous puissions dire sur cette affaire. Le silence, le fait de laisser passer des attitudes de plus en plus déplacées, aide à laisser croire que l’on peut tout faire et que tout est acceptable.
Denise Bombardier par franceinter

J’en viens à espérer que cette affaire aide chacun à faire cet examen de conscience et à rompre le silence. Qu’au moins cette affaire apporte du positif à notre pays.

Posted in Réflexions | Commentaires fermés sur Domination et séduction : l’illusion collective

Sondage et centrisme : Bayrou reprends la main

Posted by olivier_anthore on 9th mai 2011

J’avais déjà dans un billet précédent tout le bien que je pensais de la déclaration d’indépendance de M. Borloo. Il semblerait qu’après l’effet d’annonce la crédibilité centriste du sieur commence à s’étioler aux yeux des Français.

Je viens de recevoir un sondage réalisé par l’Ifop pour le compte de France Soir avec une question qui a été constamment posée depuis Novembre 2010 lors de cinq enquêtes différentes :  « Parmi les personnalités politiques suivantes, laquelle selon vous, incarne le plus les idées et les valeurs du Centre ? »

Déjà, je souhaiterai évacuer un point qui m’agace avec ce genre de question. En effet, bien rare sont les gens qui, si vous les interpeller dans la rue, seront capable même de manière caricaturale de vous dire ce que sont les idées et les valeurs du centre. Très rapidement ce qui ressort est plus une focalisation sur la personne que sur ses valeurs. Personne n’est pour ou contre le centre mais, bien plus souvent, pour ou contre Bayrou ou toute personne se réclamant du centre. Ça n’a l’air de rien mais c’est une quasi-révolution dans le monde centriste. Jacques Julliard, parlant de Bayrou dans la revue Le Débat[1], disait qu’il avait « gaullisé » le centrisme en mettant en avant cet engagement de l’homme dans une action singulière.

Ce sondage prends alors du sens car il permet de voir qui, dans cette optique, est capable de porter un projet qui ne soit pas liés aux idéologies de droite et de gauche.

Venons en maintenant au résultat. Après avoir accusé le coup de la déclaration « d’indépendance » de M. Borloo (décidément j’ai du mal à me faire à cet oxymore), François Bayrou reprends la main. Cela se joue encore dans un mouchoir de poche, 37% pour Bayrou et 33% pour Borloo avec une marge d’erreur de 2,8 points, mais la dynamique semble s’inverser.

Autre point intéressant, c’est qu’au moins 4% des personnes interrogées ne se prononcent pas. C’est le plus haut score des indécis depuis Novembre 2010. Cela montre qu’il reste encore à convaincre.

Pour les autres noms proposés, de Villepin (19%) et Morin (6%), la descente continue avec plus ou moins de résistance mais toujours avec une belle constance. Cela sous-entend que si l’année prochaine quelqu’un devait représenter le centre, cela devrait se jouer entre Bayrou et Borloo.

Regardons les chiffres un peu plus dans le détail. Un sondage n’est pas intéressant que dans son chiffre brut, il est aussi intéressant de le lire dans la répartition qui est faite entre les différentes catégories possibles.

Pour la répartition entre hommes et femmes, peu de choses à dire sinon qu’apparemment les hommes hésitent plus facilement à départager Bayrou et Borloo : un point d’écart seulement. Pour les femmes, par contre, c’est beaucoup plus net : 7 points d’écarts entre les deux. Il semblerait que M. Borloo ait plus de mal à être crédible pour l’autre moitié du ciel.

Là où les choses commencent à être intéressantes, c’est la répartition par classe d’age. Si Bayrou fait systématiquement mieux que Borloo pour les classes d’ages en dessous de 50 ans,entre 35 et 7 points d’écarts selon la classe, Borloo fait mieux pour les plus de 50 ans, entre 16 et 9 points. En recoupant avec les proximités politiques et les vote à la présidentielle de 2007, on s’aperçoit que Borloo représente le centrisme pour les conservateurs ! Les mauvaises langues diront que ce n’est guère difficile au vu de la dérive actuelle de l’UMP : il lui a suffit de ne pas bouger depuis 2007 pour se voir déporter au centre.

Bayrou peut de plus compter sur la fidélité des sympathisants Modem pour qui massivement il reste   plus crédible que Borloo, 17 points d’écart.

De son coté Borloo tente de se relancer via la confédération des centres mais, patatras !, son ami Morin casse tout de suite la vision centriste en la positionnant en concurrente de l’UMP. Je serais presque tenté de lui rappeler la fameuse prière d’Henri IV, le jour de son couronnement : « Mon Dieu, protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge ! ». Gageons que les Français ne mettrons pas longtemps à séparer le bon grain de l’ivraie.

Il existe un chemin, ardu certes, pour une nouvelle voie mais il faut de la volonté et de la sincérité pour s’y engager. Et les Français réaliseront vite qu’un seul en est capable : François Bayrou.

[1] Sarkozy et les forces politiques françaises – Marcel Gauchet, Jacques Julliard – Le Débat N°161 Septembre – Octobre 2010

Posted in politique | Commentaires fermés sur Sondage et centrisme : Bayrou reprends la main

Et si on parlait taxes et transports ?

Posted by olivier_anthore on 30th avril 2011

Les français adorent parler politique. Cependant, très souvent quand vous cherchez à rentrer dans le détail des chiffres, la discussion s’arrête avec une phrase du type « C’est compliqué !» ou « les chiffres on leur fait dire ce qu’on veut !». Et si, le problème était qu’aucun effort n’est fait pour expliquer les choses simplement ?

Pour être tranquille et éviter les questions gênantes, quand vous n’êtes pas en dictature, la manière la plus efficace est de ne surtout pas soigner la présentation et de fonctionner dans l’à peu près.

Un exemple, parisien, de ce que je cherche à démontrer m’est venu à l’esprit quand je suis tombé sur cet article du journal le Parisien. J’y apprends qu’une taxe payée par les entreprises Franciliennes, dite « taxe bureau », va augmenter de manière impressionnante pour financer les transports d’Ile de France.

253 millions par ans ça fait une somme mais comme c’est pour financer, entre autre, le super métro dont le coût est de 32,4 milliards d’euros c’est compréhensible. A ce stade, si le super métro devait être intégralement financé par cette taxe, il faudrait quand même plus de 128 ans pour le financer. Autant dire que l’état en faillite va devoir trouver d’autres recettes.

Sachant en plus que les premières rames ne devront circuler qu’en 2018, ça laisse augurer pour les franciliens de longues journées pénibles de transports en commun.

Mais c’est là que j’ai commencé à tiquer. En effet, en matière d’impôt, vous ne pouvez pas « flécher » sa destination sur une affectation précise. Et en lisant mieux, il apparaît que cette somme ira au Grand Paris. Quand on sait que cet établissement public ne s’occupe pas du transport existant, cela laisse songeur.

Ma curiosité piquée, j’ai essayé de comprendre comment les choses s’organisaient. Pour cela j’ai fouillé dans la loi de finance 2011 jusqu’à l’article 99 § VII. Là vous apprenez que le versement du produit de la taxe au Grand Paris est plafonnée à 95 millions. Donc sur les 253 millions attendus, seuls 95 iront au Grand Paris. Avec 95 millions, il faudrait 342 ans pour financer le Grand Paris avec cette taxe. En un article, la fin des travaux est reculée de deux siècles. Bel exploit non ?

J’ai continué à suivre à la trace ce financement et je suis arrivé à l’article 31 titre C de la loi n° 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. Là, coup de grâce, j’apprends que le Grand Paris devra versé une part de son magot, 23,4 millions exactement, à l’Union d’économie sociale du logement.

Bref, sur les 253 millions annoncés au départ, seuls restent au Grand Paris 71,6 millions d’euros. Donc, toujours avec ce seul financement, il faudrait quatre siècles et demi pour financer le métro du Grand Paris.

Quelle leçon en tirer ? Tout d’abord que la présentation des faits dans le journal était hâtive et manifestement partielle. Ensuite que, de la part des députés et du gouvernement, il y a une singulière manière de penser le financement d’un projet censé faire entrer la région capitale dans le nouveau siècle.

Finalement, les choses me paraissent simple : l’Etat a besoin d’argent et augmentent tant qu’il peut toutes les taxes. Et, pour faire passer la pilule, on nous vend des lendemains qui chantent. Je regrette pour ma part ce manque de transparence qui n’honore pas la politique.

Posted in politique | Commentaires fermés sur Et si on parlait taxes et transports ?

L’information, le démenti et la farce : l’indépendance de M. Borloo

Posted by olivier_anthore on 12th avril 2011

Le propre des journaux, du moins de nos jours, est de s’assurer de bons chiffres de ventes. Pour cela, il ne faut pas hésiter à faire dans le spectaculaire pour être sûr d’accrocher le chaland.

Comme disait Yvan Audouard, « Une information plus un démenti, cela fait deux informations pour le prix d’une. -Et c’est toujours la fausse qui reste dans les mémoires. » C’est un peu ce qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai vu cet article du Journal du Dimanche qui nous annonçait la triomphale entrée en lice de M. Borloo comme le représentant du centre.

Malheureusement, comme toujours, le diable se cache dans les détails. En effet, 1% le sépare de François Bayrou ce qui est inférieure à la marge d’erreur du sondage. Mais il faut faire vendre, créer le suspense, et il faut l’admettre Borloo est un meilleur client que Bayrou de ce point de vue.

Après avoir été ministre pendant neuf ans de Nicolas Sarkozy, avoir manqué de peu d’être son premier ministre, on ne sait toujours pas pour qui roule M. Borloo. N’est il pas finalement que le rabatteur des voies centristes pour un UMP sur la voie de la droitisation extrême ?

Au niveau indépendance, il suffit de se rappeler que le parti de M. Borloo dépends à plus de 77% des financements de l’UMP pour avoir des doutes. Peut on raisonnablement mordre la main qui vous nourrit ?

Bref, l’opération Borloo est lancée et il reste à savoir si les électeurs s’y laisseront tromper. Ce qui est rassurant, pour le moment, c’est que, très logiquement pour un homme de droite, il prends surtout sur l’électorat de l’UMP. Mais comment réagiront les électeurs lorsqu’il comprendront être les victimes d’un coup médiatique ?

Je discutais dimanche avec des citoyens qui me faisait part de leur désarroi face à ce qu’il faut bien appeler le spectacle politique actuel. Tellement de gens se présentent comme centristes et humanistes que les mots perdent de leurs sens.

Il faut rappeler que le centrisme ne peut se comprendre que dans une vraie indépendance. Indépendance qui permet d’adhérer à un projet quand il paraît juste mais aussi de refuser lorsqu’il n’est pas conforme aux valeurs essentielles.

L’humanisme ne peut se concevoir, lui, sans une morale, une vision de ce qu’est l’Homme. Cette vision va au-delà de la morale de boy-scout pour s’attacher à lui donner les moyens de décider par lui-même ce qui est bon pour lui. Moyens qui passent par l’éducation mais aussi par une information libre et complète.

N’est pas centriste celui qui dit quitter un parti de droite mais continue d’en être financièrement dépendant. N’est pas humaniste celui qui « oublie » d’informer les citoyens de ce point crucial.

Pour finir, encore une citation d’une grande dame, « La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-même qui font l’objet du débat. » Hannah Arendt. Dommage que trop de journalistes oublient ce grand principe.

Posted in politique | 3 Comments »

Remerciement aux électeurs

Posted by olivier_anthore on 21st mars 2011

Je tiens tout d’abord à remercier les électeurs qui se sont déplacés pour m’accorder leur confiance.

Dans un contexte difficile, issu d’une désillusion sur le monde politique, je suis heureux que des Cristoliens aient voulu porter leurs voix sur un projet départemental pragmatique qui se démarquait d’un discours purement idéologique.

Bien sûr le score n’est pas à la hauteur de nos attentes.

Nous nous retrouvons devant une victoire éclatante du premier parti de France : les abstentionnistes. En effet, avec plus de 70% d’abstention, nous avons définitivement la preuve que l’absence de véritable débat sur le fond laisse la porte ouverte à des opérations de marketing politique de toutes natures. La colère due au mépris dans lequel les Cristoliens ont été tenus si longtemps a été le ferment d’un abandon du politique.

En tant que démocrate, je ne peux que vivre douloureusement ce qui est un grave échec démocratique.

Cet échec est renforcé par l’impossibilité pour d’autres forces politiques de se maintenir au deuxième tour. Le gouvernement a rendu un bien mauvais service à ses amis avec sa modification du code électorale. Loin de tuer le Front National cette règle a tué toute alternative.

Suite à ce constat, comment faire face à un deuxième tour qui s’annonce comme un non-choix ?

Nous avons là le même cas de figure déjà vécu à l’envers suite au 21 avril 2002. Il nous faudra donc apporter une mauvaise réponse à ce mauvais problème.

Mes valeurs démocrates et humanistes m’engagent à ne pas voter pour le candidat du Front National.

Je comprends la difficulté que beaucoup auront à répondre à ce mauvais problème. En effet, quel choix avons-nous ? D’un coté une campagne sans projet, avec un candidat inexistant, uniquement fait pour préparer la campagne présidentielle de son parti.

Comment siégera ce candidat ? Quel engagement personnel a-t-il pris vis-à-vis de ses électeurs ? Aucuns. Son parti, plus exactement sa présidente, parle pour lui. Voter pour ce candidat n’aurait donc aucun sens pour notre département.

De l’autre coté, le candidat, soucieux de ne pas troubler un ancien allié, défend le statu quo actuel ce qui n’est pas acceptable au vu de la gestion. Pourrons-nous accepter longtemps que le troisième département en revenus par habitant d’Ile de France néglige ainsi la maitrise budgétaire au profil des dépenses de personnel ?

Accepter une responsabilité politique c’est faire malheureusement, en cas de nécessité, la part du feu. Il m’apparait qu’entre un candidat qui n’a d’autres engagements qu’envers sa présidente et celui qui s’est engagé à laisser les choses en l’état pendant trois ans le moins pire est l’immobilisme.

J’irai donc voter dimanche pour défendre ce en quoi je crois : nous devons élire des candidats qui veulent exercer leur mandat. Et ce même si nous ne pouvons être d’accord avec eux.

Il nous appartiendra pendant ces trois ans de travailler au fond un projet qui emportera la conviction des Val de Marnais pour le changement dont notre département a tant besoin.

Je vous dis donc à très bientôt.

Posted in Cantonales 2011 | 2 Comments »

Tract de campagne : les axes programmatiques

Posted by olivier_anthore on 18th mars 2011

Chères Cristoliennes, Chers Cristoliens,

Vous allez être appelés à voter dans quelques jours pour votre nouveau conseiller général.

Lors de ce vote, vous devrez exprimer un choix sur votre vision de l’avenir des collèges, de l’aide sociale, des transports et de l’aménagement de l’espace pour le Val de Marne.

Certains sont tentés d’esquiver le débat, il est en effet facile de vous parler de sujets nationaux, ou municipaux, pour éviter de s’engager, devant vous, sur le seul intérêt de cette élection : la gestion de notre département.

J’ai donc fait le choix citoyen de m’engager devant vous.

Mon objectif est de rassembler le plus largement possible autour d’une bonne gestion départementale. Je suis intimement convaincu que cette bonne gestion consiste à modérer les dépenses sans négliger pour autant les projets nécessaires à une bonne évolution de notre quartier et de notre département.

L’action que je vous propose pour notre canton est en cohérence avec les valeurs humanistes que je défends depuis des années : la solidarité, la liberté individuelle, la justice sociale, la tolérance, l’écologie et l’exemplarité des pouvoirs publics.

Ces valeurs n’appartiennent pas à un parti, je pense qu’elles sont notre patrimoine commun. Le soutien actif que je reçois du Mouvement Démocrate et du parti écologiste Cap 21 se base sur la reconnaissance de cette identité commune et sur l’envie de faire avancer notre département au-delà des divergences.

C’est cette vision que je souhaite défendre avec votre soutien à travers un message clair : nous voulons un Val de Marne qui prépare notre avenir, défende notre territoire, et réponde à nos préoccupations.

Nous voulons un Val de Marne qui investisse dans sa jeunesse.

Nous voulons un Val de Marne qui s’attache à faire vivre ensemble les générations.

Nous voulons un Val de Marne qui prenne en charge l’amélioration des transports en commun existants.

Nous voulons un Val de Marne qui favorise le développement économique.

Voici les principaux axes de ma campagne, les mesures détaillées vous seront présentées sur le document de vote que vous recevrez par la poste ainsi que sur mon blog.

Le 20 mars, faite entendre la voix des citoyens ! Faite entendre votre voix pour le Val de Marne !

Ce que je veux défendre pour le Val De Marne

Gérer plus efficacement pour réduire les dépenses

En matière d’impôt, la justice est d’évaluer le montant de l’impôt non pas sur ce que le contribuable peut donner mais sur ce qu’il est nécessaire de donner. Nous devons être plus attentif dans la gestion de l’argent public afin de vous proposer les meilleurs services possibles.

Agir avec nos Aînés et développer l’intergénérationnel

Nous voulons que la vie de la cité se fasse avec nos aînés et non à coté d’eux. Ce principe doit nous conduire à aider et partager. Aider activement là où il y a perte d’autonomie, difficultés financières, difficultés à maintenir le lien. Partager, et non reléguer, c’est offrir à ceux de nos ainés qui le souhaitent la possibilité de partager connaissances et expérience.

Aujourd’hui, nos aînés vivent mieux et plus longtemps, afin d’anticiper l’avenir, nous souhaitons également étendre l’offre de service afin de développer le maintient à domicile.

Favoriser l’insertion de nos enfants pour accroitre leur chance de réussite

Notre devoir est d’offrir à nos enfants les meilleures chances de réussite scolaire, en particulier, pendant la phase délicate du collège. Nous voulons favoriser leur insertion dans la société, les aider à devenir des citoyens responsables et  soutenir les plus démunis. Il est également nécessaire d’intensifier l’effort de rénovation des collèges sur l’ensemble du département afin de donner à nos enfants l’accueil qu’ils méritent.

Ne laisser personne sur le bord du chemin

Oui, nous sommes tous d’accord pour dire qu’il faut ‘changer les mentalités’ sur le handicap. Il est maintenant temps d’agir. Le Conseil général a la possibilité d’œuvrer pour le bien de tous, en évitant toute ‘discrimination’ . Agir efficacement c’est garder en mémoire que ce qui est fait pour les citoyens ne peut se faire sans eux.

Défendre la santé publique et l’environnement

Le Val de Marne est riche d’un passé industriel qui a malheureusement laissé des traces écologiques durables. Le Conseil Général a la responsabilité vis-à-vis des populations de mesurer les impacts des industries et des équipements installés dans notre département sur leur santé.

La protection de notre santé passe aussi par la défense du maintient des équipements nécessaires et indispensables à notre département.

Mieux préparer l’avenir pour y faire face sereinement

Toutes ces propositions, vous l’avez compris, n’ont de sens que si nous sommes capables de rendre notre département attractif par des investissements de long terme. Un développement durable c’est gérer avec rigueur aujourd’hui pour faire face demain.

Posted in Cantonales 2011 | Commentaires fermés sur Tract de campagne : les axes programmatiques