Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Archive for mai, 2012

Un monde où l’argent bouge plus facilement que les hommes

Posted by olivier_anthore on 27th mai 2012

Après la séquence navrante de la droitisation extrême de l’UMP, les premiers signes de ces législatives montrent que l’ambiance risque de ne pas changer. Même si le discours reste apparemment ferme au sommet, la base de l’UMP semble se rapprocher de plus en plus du FN.

Un des discours qui semble rapprocher ces deux partis est celui de l’immigration. C’est pour cela que je voudrais attirer votre attention sur un débat qu’organise le vendredi premier juin le CCFD – Terre solidaire.

Car, aidé par des images appropriées, il est facile de faire croire à un envahissement de l’Europe par des hordes venues du Sud. Nous sommes tous dominés par l’idée que la chute de l’Empire Romain était liée à la venue de hordes de l’Est. Mais il est intéressant de se confronter aux chiffres de temps en temps.

L’estimation par les Nations Unies du nombre de migrants dans le monde est de 230 millions. Seulement, ces migrations sont majoritairement d’un pays du Sud vers un autre pays du Sud. L’émigration vers un pays développé ne concerne que 40% de ce chiffre soit 90 millions. Si on imaginait que ces « hordes » arrivant sur l’Europe, il faut se rappeler que nous étions 502 millions en 2011. On ne peut pas dire que nous risquions d’être débordés.

Cependant, pour la France, la seule émigration qui génère la peur est celle issue de l’Afrique. Il est intéressant dans ce cas de remarquer que seulement 1% de la population Africaine vit en Europe. Soit 9,2 millions de personnes si je me réfère à la démographie du continent Africain en 2005.  Bref pas de quoi effrayé les 63,6 millions de personnes de nationalités françaises.

Nous voyons là que tous raisonnement faisant premier l’immigration n’est pas rationnel.

Par contre, il est clair que la perte générée par l’évasion fiscale, 590 milliards d’euros, largement plus élevée que le budget de la sécurité sociale. Elle est donc plus impactante sur notre modèle de société que l’immigration.

Je serais donc présent à ce débat, curieux de voir ce qu’il s’y dira.

Posted in Réflexions | Commentaires fermés sur Un monde où l’argent bouge plus facilement que les hommes

Le troupeau aveugle de l’UMP contre une alternative centrale

Posted by olivier_anthore on 8th mai 2012

François Hollande a été élu. Résultat inéluctable, annoncé sur tous les tons par les sondeurs, depuis que la route s’est singulièrement dégagée devant lui l’année dernière. Nous verrons où il nous mènera mais la surprise, pour certains, a été LA décision de François Bayrou.

Surprise très relative pour ceux qui s’étaient donné la peine de lire ses livres depuis 2006 qui tous tendaient à s’opposer de manières frontales aux valeurs que défendait Nicolas Sarkozy. Je parle bien de valeurs et non pas de personne et c’est là tout le drame.

Maintenant qu’il est à peu près certain que nous ne verrons pas de sitôt M. Sarkozy sur la scène politique, il reste l’idéologie dominante de l’UMP dont il n’était que le porteur. Le rapprochement avec le FN devient de plus en plus évident, au grand dam de Mme Jouanno, et la volonté d’éliminer toutes voix discordantes se fait sentir.

M. Copé veut la peau de François Bayrou. Personne ne parle encore de croc de boucher mais on entend d’ici le bruit des couteaux qu’on affûte. Je ne m’inquiète pas pour François Bayrou, il en a vu d’autres.

Cela dénote juste l’état de décomposition idéologique de l’UMP. Aucune remise en question sur ce qui a pu pousser autant de gens à se détourner ainsi de ce parti. Mon bureau de vote, traditionnellement centre droit, a ainsi offert une majorité confortable à François Hollande. Du jamais vu ici.

Pourquoi ?

Il est clair que ce n’est pas pour le programme économique du président Hollande. Je serais d’ailleurs bien en peine de le défendre. Mais je pense que, comme moi, beaucoup se sont dit que l’on peut négocier un programme économique mais qu’on ne négocie pas avec l’Honneur.

« Tout est perdu sauf l’Honneur » écrivait à sa mère François Ier après Pavie. Et ce qui me navre c’est que visiblement l’UMP n’a pas su retenir cette leçon. Pour être plus direct, je reprendrais les paroles de Michel Volle, quand on prétend que le but de la politique c’est de gagner les élections, il ne faut pas s’étonner que trahison et prostitution deviennent la norme.

Notre opposition aux thèses du FN n’est pas une fausse pudeur. Elle est l’âme même de notre combat politique. Car, du MRP d’hier au Modem d’aujourd’hui, solidarité et fraternité font parties de notre ADN politique. La rigueur dans la gestion des comptes publics est une constante chez nous mais uniquement pour servir ces objectifs supérieurs.

J’ose rêver que certains à l’UMP se ressaisiront et sauront s’opposer. Ce troupeau aveugle qu’est devenu l’UMP va vers la désintégration de la droite républicaine. Je suis pessimiste. La logique d’appareil est souvent trop forte contre les individus. Mais s’il existe des esprits libres, qu’ils sachent qu’il y a une alternative et un rassemblement possible au centre.

C’est ce que nous devons construire dans les années à venir.

Posted in politique | 4 Comments »

L’éducation dans la campagne : un silence assourdissant

Posted by olivier_anthore on 1st mai 2012

Si je devais ne retenir qu’un phénomène dans la manière dont cette campagne présidentielle se déroule c’est la manière dont les journalistes et la majeure partie des candidats s’acharnent à éviter les sujets de fonds.

Toutes l’année dernière avec les pays arabes et avec les indignés grecs, espagnols et même canadiens actuellement, la question de la démocratie a été posée. Force est de constater que cette question a été soigneusement évitée si l’on excepte Mélenchon et Bayrou. Vaguement, mollement devrais je dire, Hollande semble vouloir aborder ce sujet. Nous verrons ce que les mois qui viennent amèneront.

Mais une des conditions de cette démocratie est l’éducation. Or nous constatons que cette condition se dégrade en France. Petit à petit notre pays lâche prise et ceci se voit dans les classements de notre pays au niveau mondial.

C’est pour cela que je suis étonné que le rapport de la cour des comptes caractérisants la répartition inégalitaire des moyens de l’éducation nationale ait fait aussi peu de bruit. On apprend en lisant l’article du Monde des choses que je trouve effrayantes.

Tout d’abord que l’Éducation Nationale peut se permettre de ne pas communiquer des informations à la cour des comptes. Comment peut on parler de surveillance du fonctionnement de l’État si la cour des comptes ne dispose pas des informations nécessaires ? Parle t’on d’enquête administrative ? Non. De sanction en cas de rétention d’information avérée ? Encore moins. Tout se passe comme si chacun admettait que l’Éducation Nationale n’est pas tenue de donner de manière impérative les informations à la cour des comptes.

Mais avec les informations fournies, la cour des comptes arrive à démontrer qu’il n’est pas bon d’être élève dans l’académie de Créteil. Je m’étais déjà étonné de l’incohérence des suppressions de postes annoncés l’année dernière dans l’académie.

Le rapport de la cour des comptes ne fait que confirmer que quelque chose ne va pas. Et lire que pour M. Jean-Michel Blanquer : « son affectation des moyens tient compte des nécessités de compensation » et que son mode d’attribution est « complexe mais pas opaque » me fait littéralement bondir. La simplicité et la lisibilité des actions de l’État sont aussi une des conditions de la démocratie. Car, sans cela, comment les citoyens peuvent ils se prononcer en conscience sur les grands choix de la Nation ?

La responsabilité de l’État est énorme et, ce que je crains, c’est qu’aucun des deux candidats ne s’attaquent sérieusement à ce problème.

Que feront 60 000 postes supplémentaires s’ils ne sont pas affectés là où les besoins sont réels ? Sans compter que leur financement me parait toujours très hypothétique

Que donneront des heures supplémentaires si elles sont effectuées par des professeurs dans des zones où les besoins sont déjà largement couverts ? Et là aussi le financement ne tient que sur une hypothèse de croissance que le FMI ne valide pas.

Il est regrettable que le seul capable d’avoir un discours cohérent sur ce qui déterminera notre avenir démocratique ai été aussi peu entendu dans cette campagne. Entendre des responsables d’associations de parents d’élèves ou des adversaires politiques le regretter n’a été qu’une faible consolation pour moi.

Bref, je vais suivre attentivement très attentivement le débat du 2 mai mais j’avoue que, sauf arguments nouveaux sur la répartitions des moyens de l’éducation, la tentation de les renvoyer dos à dos sera grande.

Posted in politique | 1 Comment »