Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Un réseau neutre ?

Posted by olivier_anthore on 31st octobre 2011

Voici le texte de ma quatrième chronique diffusée sur 133b

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet qui hante votre quotidien sans que vous en ayez forcément conscience : la neutralité du réseau ou neutralité du net.

En quelques années, vous avez tous appris à vous familiariser avec internet et, sans être de grand spécialistes, vous avez déjà entendu parler des techniques qui tournent autour. Même si vous ne savez pas toujours ce que cela veut dire, ADSL, fibre optique, HTML sont des mots que vous avez pu rencontrer dans l’univers du net. Vous savez aussi qu’Internet est un réseau qui maille maintenant la plupart des continents et dont les premières branches sont apparues dans les années 70 aux États-Unis.

Alors qu’est ce que cette fameuse neutralité et à quoi peut elle bien servir ? En fait, la première chose à comprendre, c’est que, dans la conception d’internet, les ingénieurs ont utilisé un modèle, dit modèle OSI, qui répartissait tous les éléments qui font un réseau en couche indépendante entres elles. Ce modèle découpe en 7 couches les composantes d’un réseau de la couche physique, la base, à la couche applicative, celle que vous utilisez sur le net.

La neutralité concerne en fait toutes les couches entre ces deux couches. En effet, pour des raisons historiques, les réseaux physiques appartenait à des opérateurs privés pour la plupart et Internet s’est construit en s’appuyant sur ces réseaux physiques. Le principe de neutralité, à cet époque, à permis de développer internet car il consiste essentiellement à mettre en place des protocoles de communications non propriétaires et ouverts.

En clair, il s’agissait de permettre à des ordinateurs qui n’étaient pas fabriqués par les mêmes constructeurs et qui n’utilisaient pas les mêmes systèmes de se parler quand même. Pour cela il fallait que la manière de se parler soit connue de tous, qu’elle n’avantage personne et qu’elle ne puisse pas être modifié au profit de l’un et au détriment de l’autre. Si l’on voulait que tous les ordinateurs puissent aller sur internet, il fallait que tous puisse y aller. C’était simple et évident.

Internet a pris depuis un essor à peine imaginable et il nous semble maintenant tellement évident que, dans les conversations, le « je l’ai vu sur le net » remplace maintenant le « je l’ai vu à la télé ». En 2009, Benjamin Bayart, tenant compte de l’évolution des techniques a alors posé quatre principes qui permettent de s’assurer que cette neutralité puisse être garantie au bénéfice de tous.

  • Transmission des données par les opérateurs sans en examiner le contenu
  • Transmission des données sans prise en compte de la source ou de la destination des données
  • Transmission des données sans privilégier un protocole de communication
  • Transmission des données sans altérer le contenu

Pourquoi ces quatre principes ?

On peut reconnaître facilement dans les deux principes centraux ce qui a fait internet et lui a permis de s’imposer. Permettre a tout ordinateur d’utiliser le réseau et de communiquer avec n’importe quel ordinateur du réseau. Pourtant ces deux vénérables principes sont remis en question par les opérateurs. Leur argument est assez simple : aujourd’hui des entreprises comme Google ou Facebook utilise une grande partie de la bande passante sans supporter les coût de déploiement de cette bande passante. Petite précision de vocabulaire, la bande passante, pour schématiser, c’est la grosseur du tuyau disponible pour faire passer les données. Plus elle est grande, plus vous pouvez faire passer beaucoup de données rapidement. Or plus nous sommes nombreux, et plus nous utilisons le réseau, plus les opérateurs doivent investir. Pour se maintenir, ces opérateurs souhaiteraient donc pouvoir proposer des sortes de forfaits premium garantissant à ceux prêt à payer plus un débit minimum.

Le premier et le quatrième principe semblent moins liés à la définition originelle de la neutralité mais sont tout aussi essentiels. En effet, ces deux principes vous garantissent que votre fournisseur d’accès ne va pas s’amuser à vous empêcher d’accéder à certains type de contenu. Lui ou l’état dont il dépend.

Cela est bel et bon me direz vous mais, dans une démocratie, ces principes sont ils vraiment nécessaires ? Une première réponse est de dire que c’est justement parce que de tels principes existent que nous somme en démocratie. Un autre point est, qu’en France, des sociétés comme Free et Cegetel n’ont pas hésité à mettre à mal cette neutralité lors de négociations avec d’autres sociétés pour leur mettre la pression. Le non-respect de cette neutralité fait de vous, à votre corps défendant, un argument de négociation non pas dans votre intérêt mais de celui de votre fournisseur. De quoi faire réfléchir et être attentif aux arguments des défenseurs de cette neutralité ne croyez vous pas ?

Lien intéressant :

Dossier de l’association « La Quadrature du net » sur la neutralité

Posted in Chroniques | Commentaires fermés sur Un réseau neutre ?

Liberté, Liberté chérie

Posted by olivier_anthore on 12th novembre 2009

lib_nums

Pour ceux qui ont assisté l’année dernière aux universités populaires du Mouvement Démocrate, le nom de Paul Mathias et son livre sur les libertés numériques ne doivent pas être totalement inconnus.

La thèse de départ de ce livre est assez dérangeante et, rien que pour elle, ce livre mérite d’être lu. En effet, Paul Mathias en bon philosophe s’interroge sur la liberté apparente que semble offrir Internet en analysant les conditions de cette liberté.
Ce qu’il démontre en analysant la construction de l’Internet est que cette liberté est pour le moins relative car Internet s’est construit au fil des ans par le biais de choix plus autoritaires de quelques uns que technique et encore moins par des choix démocratique de tous les utilisateurs.

Bien sur, ces constructeurs de l’Internet n’étaient pas des despotes malfaisants, heureusement d’ailleurs, mais cette analyse écorne singulièrement l’idée d’un Internet nouvelle frontière qui donnerait à tous une liberté inconnue jusqu’alors.

Il montre assez bien selon moi que s’il existe bien une certaine liberté sur le net, cette liberté est relative et fragile. Ce qui peut expliquer la virulence de certains quand l’apparente neutralité du net est remise en cause.

Selon certains, l’apparition du net et de l’ordre d’une quatrième révolution de notre perception de la réalité. Après Galilée, Darwin et Freud, la numérisation de la vie, dont Internet n’est qu’un prodrome, va engendrer un changement radical de notre perception du réel. Comme j’avais essayé de le formaliser dans un billet précédent, le virtuel n’existe pas car tout simplement il est une partie de notre conscience du réel.

A mon sens, ce livre n’est par parfait car l’usage intensif d’un langage technique philosophique peut s’avérer gênant parfois pour bien saisir les subtilités du raisonnement.
Sur la fin j’ai eu l’impression que l’auteur se perdait un peu dans son analyse mais pour autant la question de notre liberté réelle sur Internet et bientôt sur l’Internet des objets est posée.

Ce débat là doit être ouvert de toute urgence.

Posted in Lectures | Commentaires fermés sur Liberté, Liberté chérie

Le virtuel n’existe pas

Posted by olivier_anthore on 28th juin 2009

Matrix

« Le virtuel possède une pleine réalité, en tant que virtuel. »

Gilles Deleuze, Différence et Répétition.

Voilà un titre qui semble enfoncer une porte ouverte. Aujourd’hui, il est communément admis que le virtuel s’oppose au réel. Le réel est ce qui existe, ce qui se voit, ce qui se touche, ce qui influe directement sur notre environnement. Le virtuel serait alors tout le reste, ce qui n’existe pas, ce qui n’a aucune influence sur la réalité.

Frank Beau dans son livre Culture d’Univers, le définit ainsi : « Le virtuel c’est l’inconnu, l’invisible, l’intangible. […] On dit des rencontres sur l’internet qu’elles sont virtuelles. On ne dit pas de personnes qui se parlent au téléphone qu’elles sont dans le virtuel. ». Nous appelons virtuels ce que nous ne comprenons pas. De notre difficulté à appréhender les choses vient la tendance à minimiser, à croire que le sujet n’est ni sérieux ni important.

En lisant ces articles d’Internet Actu (ici et ici), vous serez peut être amené à remettre en cause la vision de ce que nous appelons aujourd’hui le virtuel.

Bien sur les jeux ne sont pas substantiels, tous jeux, même basé sur des jouets, est essentiellement une construction de l’esprit. De même les relations sur internet se basent aussi pour une part importante sur une intellectualisation. Mais ces relations sont des formes de communications et de même qu’une conversation téléphonique n’est considérée par personne comme virtuelle, ces communications sont de même nature.

Cependant, ce ne sont pas des communications aussi riches. En effet, il est communément admis que 80% de la communication dans une conversation ne se fait pas de manière verbale (avec des mots).

Lors d’une communication « in real life » (je n’ai pas trouvé d’équivalent français à cette expression), la manière de s’habiller, l’odeur, le ton avec lequel vous allez vous adresser à la personne mets une sorte de substance dans votre message et habille votre communication verbale.

En clair, un « je vous aime » prononcé par un homme (ou une femme selon vos préférences) sale, mal habillé, puant et manifestant tous les signes de l’alcoolisme ne sera pas compris de la même manière que prononcé par une personne bien habillée, dégageant une odeur agréable et avec un accent de sincérité. Et ce même si les motivations profondes de chacun peuvent être à l’inverse des apparences.

En théorie, le virtuel empêche cette partie de la communication. Cependant, très rapidement, les utilisateurs ont tourné cette difficulté en enrichissant rapidement les conversations virtuelles. En effet, il y a un langage non verbal dans les communications électroniques. Cela passe, par exemple, par la présence ou non de fautes de frappes ou d’orthographe manifestes dans le texte et par l’utilisation des majuscules. De plus en plus les messages transmis via mail ou messagerie instantanée s’habille d’émoticon, de couleur, voir d’avatar permettant de personnaliser l’expéditeur, voir l’objet mail en lui-même comme dans le cas de la messagerie 3D Mailbox (élue pire application Web par TechCrunch).

Même si le langage non verbal est radicalement différent dans les relations électroniques, il est pourtant présent et même s’il est plus contrôlé par l’émetteur il ne l’est guère plus que dans la communication directe.

Pour en revenir, à mon propos de départ, je trouve qu’il est artificiel de séparer le « réel » du virtuel tel qu’il est fait en ce moment à propos des relations. Une communication, même à travers un jeu, reste une communication.

Ce qui en fait la valeur reste la sincérité et la capacité de chacun des interlocuteurs de l’enrichir et de s’enrichir de cette communication.

A partir de cet enrichissement personnel, l’influence sur le réel se fait par la modification du comportement dans sa vie de tous les jours par les interlocuteurs. Modification qui peut aller de ses habitudes d’achats (grâce au forum et aux avis des autres acheteurs), de vote (comme pour la campagne contre le traité constitutionnel) ou tout simplement en aidant une personne à prendre des décisions structurelles sur sa vie.

Finalement où est la différence ? La distance ?

Le courrier permettait déjà une conversation asynchrone (un des interlocuteurs parle, et attends la réponse de l’autre interlocuteur) avec des gens parfois situé à l’autre bout du monde.

Depuis Graham Bell et l’invention du téléphone, la conversation synchrone était déjà possible à distance aussi.

Le principe des réseaux sociaux qui permettent de mettre en relation des gens partageant des connaissances communes ou ayant fréquenter les mêmes endroits existait aussi. Ainsi que le regroupement par centre d’intérêt.

Ce qui change, par rapport à ces moyens, c’est la simplicité de mise en place et la massification. L’informatique et le réseau fluidifient et facilitent la prise de contact. Ils aident aussi à recomposer rapidement ses contacts selon l’évolution de sa vie et de ses envies.

C’est peut être finalement ce qui pose le plus de problème et donne l’envie de déconsidérer les relations « virtuelles ». Elles sont aussi faciles à rompre qu’à mettre en place. Mais, et les statistiques sur les divorces en sont un indicateur, n’en est il pas de même dans la vie dite réelle ?

Finalement, lorsque l’on veut parler de virtuel, il faut garder en tête la définition qu’en donne Pierre Lévy : le virtuel est une potentialité.

Cette potentialité n’est pas neutre mais pour autant elle n’est ni totalement bénéfique ni totalement maléfique. Et, s’il faut faire preuve de prudence c’est sans doute là que le danger est tapis.

Car, très souvent pour des raisons idéologiques ou commerciale, les potentialités du réseau sont orientés à l’insu même de l’utilisateur.

Que ce soit sur Amazon, lorsque l’on vous conseille un livre lu par un autre utilisateur, ou bien sur Facebook, qui vous suggère régulièrement de nouveaux amis que vous pourriez connaître, des algorithme aveugle cherchent selon des critères de ressemblances à vous faire connaître d’autres gens. Ils obéissent à la même logique, cherchant à rassembler tous ceux qui, au niveau phénotypique, sont semblables.

Sous une apparence de liberté totale, les mondes virtuels pourraient nous enfermer dans des castes tout aussi rigides que celles de l’Inde brahmanique.

Liens intéressants :

L’article communication de wikipedia

World of Warcraft passe la barre des 9 millions d’abonnés

Texte en ligne de Pierre Lévy sur le virtuel

Un texte en ligne qui m’a permis de réactualiser cet article

Tag Technorati :

internet, vie quotidienne, société

Posted in Réflexions | 2 Comments »