Une vue excentrée

Regards de la périphérie

L’alternative pour Créteil

Posted by olivier_anthore on 10th février 2014

Lorsque je me suis engagé en politique en 2007, mon choix s’était porté sur une parole libre qui osait dire non. Un parole qui refusait de dire ce que l’on croyait bon pour les Français et qui disait haut et fort ce qui leur serait utile de savoir.

La parole d’un homme d’abord, François Bayrou. D’un parti ensuite, le Modem. Nous avons porté, contre vents et marrées, ce discours. Cette aventure passionnante quoi que dure électoralement, ce chemin d’indépendance et de vérité, je l’ai suivi avec passion. Accompagné par l’équipe d’un nouveau souffle pour Créteil, j’ai appris au contact des Cristoliens ce que la politique voulait dire.

La politique, pas le spectacle télévisé qui en tient trop souvent lieu.Tenir un discours contre vents et marrées et l’incarner au quotidien, voici ce qui fait pour moi l’engagement politique.

Marier l’analyse des dossiers sur le financement et sur les projets urbanistiques avec le contact quotidien des Cristoliens. Faire cet aller retour permanent entre la technique et la vie quotidienne. L’investissement personnel dans les comités de quartiers avec cette joie de faire ensemble.

C’est aussi participer et proposer dans le cadre des projets numériques de la ville sans s’arrêter à des considérations partisanes.

C’est ce travail qui fait vraiment la politique selon moi.

Arrive ensuite le moment de faire un choix pour les années à venir. Un choix à faire pour ma ville mais aussi pour ceux qui m’ont accompagné sur cette route.

Pour moi l’essentiel était de participer à un projet de ville fidèle à ce que nous avions défendu tout au long de ces six années et porteur d’avenir.

Face à une municipalité enfermée dans ses certitudes et qui s’assoupit sur la certitude d’une victoire facile, il faut apporter un changement.

Dès le début, il nous est apparu que seul le rassemblement de toutes l’opposition était en mesure de faire changer les choses.

Las, les ego ont souvent plus de poids en politique que celui de l’intérêt général. Après des mois à essayer de trouver un partenaire désireux de réellement faire changer les choses, nous avons enfin trouvé.

Les idées rapprochent mais il faut des personnes pour un accord. Cette personne c’est Sylvie Smaniotto-Gruska.

C’est pourquoi j’ai décidé, ainsi que le Modem Créteil, de soutenir et rejoindre Sylvie pour cette belle campagne qui s’annonce.

 

Vous pouvez suivre l’actualité de Sylvie sur son blog de campagne

Posted in Créteil, politique | Commentaires fermés sur L’alternative pour Créteil

Un monde où l’argent bouge plus facilement que les hommes

Posted by olivier_anthore on 27th mai 2012

Après la séquence navrante de la droitisation extrême de l’UMP, les premiers signes de ces législatives montrent que l’ambiance risque de ne pas changer. Même si le discours reste apparemment ferme au sommet, la base de l’UMP semble se rapprocher de plus en plus du FN.

Un des discours qui semble rapprocher ces deux partis est celui de l’immigration. C’est pour cela que je voudrais attirer votre attention sur un débat qu’organise le vendredi premier juin le CCFD – Terre solidaire.

Car, aidé par des images appropriées, il est facile de faire croire à un envahissement de l’Europe par des hordes venues du Sud. Nous sommes tous dominés par l’idée que la chute de l’Empire Romain était liée à la venue de hordes de l’Est. Mais il est intéressant de se confronter aux chiffres de temps en temps.

L’estimation par les Nations Unies du nombre de migrants dans le monde est de 230 millions. Seulement, ces migrations sont majoritairement d’un pays du Sud vers un autre pays du Sud. L’émigration vers un pays développé ne concerne que 40% de ce chiffre soit 90 millions. Si on imaginait que ces « hordes » arrivant sur l’Europe, il faut se rappeler que nous étions 502 millions en 2011. On ne peut pas dire que nous risquions d’être débordés.

Cependant, pour la France, la seule émigration qui génère la peur est celle issue de l’Afrique. Il est intéressant dans ce cas de remarquer que seulement 1% de la population Africaine vit en Europe. Soit 9,2 millions de personnes si je me réfère à la démographie du continent Africain en 2005.  Bref pas de quoi effrayé les 63,6 millions de personnes de nationalités françaises.

Nous voyons là que tous raisonnement faisant premier l’immigration n’est pas rationnel.

Par contre, il est clair que la perte générée par l’évasion fiscale, 590 milliards d’euros, largement plus élevée que le budget de la sécurité sociale. Elle est donc plus impactante sur notre modèle de société que l’immigration.

Je serais donc présent à ce débat, curieux de voir ce qu’il s’y dira.

Posted in Réflexions | Commentaires fermés sur Un monde où l’argent bouge plus facilement que les hommes

Le troupeau aveugle de l’UMP contre une alternative centrale

Posted by olivier_anthore on 8th mai 2012

François Hollande a été élu. Résultat inéluctable, annoncé sur tous les tons par les sondeurs, depuis que la route s’est singulièrement dégagée devant lui l’année dernière. Nous verrons où il nous mènera mais la surprise, pour certains, a été LA décision de François Bayrou.

Surprise très relative pour ceux qui s’étaient donné la peine de lire ses livres depuis 2006 qui tous tendaient à s’opposer de manières frontales aux valeurs que défendait Nicolas Sarkozy. Je parle bien de valeurs et non pas de personne et c’est là tout le drame.

Maintenant qu’il est à peu près certain que nous ne verrons pas de sitôt M. Sarkozy sur la scène politique, il reste l’idéologie dominante de l’UMP dont il n’était que le porteur. Le rapprochement avec le FN devient de plus en plus évident, au grand dam de Mme Jouanno, et la volonté d’éliminer toutes voix discordantes se fait sentir.

M. Copé veut la peau de François Bayrou. Personne ne parle encore de croc de boucher mais on entend d’ici le bruit des couteaux qu’on affûte. Je ne m’inquiète pas pour François Bayrou, il en a vu d’autres.

Cela dénote juste l’état de décomposition idéologique de l’UMP. Aucune remise en question sur ce qui a pu pousser autant de gens à se détourner ainsi de ce parti. Mon bureau de vote, traditionnellement centre droit, a ainsi offert une majorité confortable à François Hollande. Du jamais vu ici.

Pourquoi ?

Il est clair que ce n’est pas pour le programme économique du président Hollande. Je serais d’ailleurs bien en peine de le défendre. Mais je pense que, comme moi, beaucoup se sont dit que l’on peut négocier un programme économique mais qu’on ne négocie pas avec l’Honneur.

« Tout est perdu sauf l’Honneur » écrivait à sa mère François Ier après Pavie. Et ce qui me navre c’est que visiblement l’UMP n’a pas su retenir cette leçon. Pour être plus direct, je reprendrais les paroles de Michel Volle, quand on prétend que le but de la politique c’est de gagner les élections, il ne faut pas s’étonner que trahison et prostitution deviennent la norme.

Notre opposition aux thèses du FN n’est pas une fausse pudeur. Elle est l’âme même de notre combat politique. Car, du MRP d’hier au Modem d’aujourd’hui, solidarité et fraternité font parties de notre ADN politique. La rigueur dans la gestion des comptes publics est une constante chez nous mais uniquement pour servir ces objectifs supérieurs.

J’ose rêver que certains à l’UMP se ressaisiront et sauront s’opposer. Ce troupeau aveugle qu’est devenu l’UMP va vers la désintégration de la droite républicaine. Je suis pessimiste. La logique d’appareil est souvent trop forte contre les individus. Mais s’il existe des esprits libres, qu’ils sachent qu’il y a une alternative et un rassemblement possible au centre.

C’est ce que nous devons construire dans les années à venir.

Posted in politique | 4 Comments »

L’éducation dans la campagne : un silence assourdissant

Posted by olivier_anthore on 1st mai 2012

Si je devais ne retenir qu’un phénomène dans la manière dont cette campagne présidentielle se déroule c’est la manière dont les journalistes et la majeure partie des candidats s’acharnent à éviter les sujets de fonds.

Toutes l’année dernière avec les pays arabes et avec les indignés grecs, espagnols et même canadiens actuellement, la question de la démocratie a été posée. Force est de constater que cette question a été soigneusement évitée si l’on excepte Mélenchon et Bayrou. Vaguement, mollement devrais je dire, Hollande semble vouloir aborder ce sujet. Nous verrons ce que les mois qui viennent amèneront.

Mais une des conditions de cette démocratie est l’éducation. Or nous constatons que cette condition se dégrade en France. Petit à petit notre pays lâche prise et ceci se voit dans les classements de notre pays au niveau mondial.

C’est pour cela que je suis étonné que le rapport de la cour des comptes caractérisants la répartition inégalitaire des moyens de l’éducation nationale ait fait aussi peu de bruit. On apprend en lisant l’article du Monde des choses que je trouve effrayantes.

Tout d’abord que l’Éducation Nationale peut se permettre de ne pas communiquer des informations à la cour des comptes. Comment peut on parler de surveillance du fonctionnement de l’État si la cour des comptes ne dispose pas des informations nécessaires ? Parle t’on d’enquête administrative ? Non. De sanction en cas de rétention d’information avérée ? Encore moins. Tout se passe comme si chacun admettait que l’Éducation Nationale n’est pas tenue de donner de manière impérative les informations à la cour des comptes.

Mais avec les informations fournies, la cour des comptes arrive à démontrer qu’il n’est pas bon d’être élève dans l’académie de Créteil. Je m’étais déjà étonné de l’incohérence des suppressions de postes annoncés l’année dernière dans l’académie.

Le rapport de la cour des comptes ne fait que confirmer que quelque chose ne va pas. Et lire que pour M. Jean-Michel Blanquer : « son affectation des moyens tient compte des nécessités de compensation » et que son mode d’attribution est « complexe mais pas opaque » me fait littéralement bondir. La simplicité et la lisibilité des actions de l’État sont aussi une des conditions de la démocratie. Car, sans cela, comment les citoyens peuvent ils se prononcer en conscience sur les grands choix de la Nation ?

La responsabilité de l’État est énorme et, ce que je crains, c’est qu’aucun des deux candidats ne s’attaquent sérieusement à ce problème.

Que feront 60 000 postes supplémentaires s’ils ne sont pas affectés là où les besoins sont réels ? Sans compter que leur financement me parait toujours très hypothétique

Que donneront des heures supplémentaires si elles sont effectuées par des professeurs dans des zones où les besoins sont déjà largement couverts ? Et là aussi le financement ne tient que sur une hypothèse de croissance que le FMI ne valide pas.

Il est regrettable que le seul capable d’avoir un discours cohérent sur ce qui déterminera notre avenir démocratique ai été aussi peu entendu dans cette campagne. Entendre des responsables d’associations de parents d’élèves ou des adversaires politiques le regretter n’a été qu’une faible consolation pour moi.

Bref, je vais suivre attentivement très attentivement le débat du 2 mai mais j’avoue que, sauf arguments nouveaux sur la répartitions des moyens de l’éducation, la tentation de les renvoyer dos à dos sera grande.

Posted in politique | 1 Comment »

Le spaghetti le plus long du Monde

Posted by olivier_anthore on 9th avril 2012

L’ambiance de cette campagne est proprement surréaliste. Il semblerait que la France, comme le signale The Economist, s’enfonce de plus en plus dans le déni de réalité.

Pas moins de trois candidats se sont précipités devant les micros avides pour défendre un permis de moins en moins cher pour arriver au permis gratuit. Un peu comme une compétition de spaghetti le plus long où chaque concurrent tire un peu plus pour gagner un millimètre sur son voisin.

Il n’y a plus qu’à attendre celui qui proposera de payer ceux qui le passent.

Il est cependant à craindre que le spaghetti casse à force de tirer dessus.

Loin de moi l’idée de dénier l’importance d’avoir son permis ! Mais, comme le remarquait plaisamment Jérôme Charré sur Twitter, pour que son permis soit utile il faut que l’économie fonctionne.

Finalement, tout est à l’avenant. Une série de mesures qui s’empilent avec un soi-disant chiffrage basé sur une hypothèse de croissance de 2,5%. Michel Rocard affirmait le 13 février dernier que cette hypothèse était « non plausible » et, surtout, que le pire était à venir.

Ne trouvez vous d’ailleurs pas étrange qu’aucun journaliste ne se soit aventuré à poser la question aux deux grands prometteurs ?

Mais il faut faire rêver ! Mais il faut du spectacle ! Confirmation risible de ce qu’annonçait, déjà, en 1967 Guy Debord. Notre société est devenu un spectacle où seule compte la marchandise.

Pour qu’un programme ait du sens, il faut partir d’un constat de l’état actuel de la société. Le baser sur un état probable n’a pas de sens dans la période d’incertitude que nous vivons. Compter sur la croissance, c’est jouer à la roulette russe sans savoir combien de balles sont dans le barillet.

Notre constat est d’abord l’impossibilité à continuer sans une remise en ordre profonde de nos finances. Une fois que l’hémorragie aura été jugulée, alors nous aurons les marges de manœuvres.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faille rien promettre. Cela veut juste dire qu’il s’agit de promettre ce qui est utile et que nous sommes capable de financer effectivement.

Et, surtout, comme le défend François Bayrou, cela implique que l’on retrouve un débat démocratique sain qui laisse de coté l’accessoire pour ne tenir compte que de l’essentiel.

Posted in politique | Commentaires fermés sur Le spaghetti le plus long du Monde

Un état impartial : retour sur une proposition de François Bayrou

Posted by olivier_anthore on 31st janvier 2012

Cette campagne présidentielle est à l’image des temps : surprenante. Annoncé comme fini il y a deux mois, François Bayrou vient bousculer le petit jeu convenu et le scénario écrits d’avance du duel d’un affrontement gauche droite sous la menace de l’hydre d’extrême droite. Rien de nouveau sous le soleil.

François Bayrou a ressurgi sans doute grâce à sa capacité à mettre sur la place publique un de ces débats qui hante le peuple Français. Les dirigeants habituels avaient déjà baissé pavillon et n’osaient plus porter le débat sur le produire en France. Maintenant chacun se bat à être le plus francophile des producteurs. Quel ténor n’est il pas prêt à se précipiter dans une usine de soutien-gorge en annonçant apporter avec lui la solution miracle ?

Mais, comme souvent, on se trompe sur François Bayrou. Car cet homme est loin d’être l’homme destiné à se focaliser sur un seul problème. La lecture de ses livres montre à quel point il est capable de développer une vision cohérente d’un projet global pour une société.

Or, un des aspects qui est aujourd’hui le moins mis en avant dans son projet, est la volonté de construire un Etat impartial.
http://www.dailymotion.com/video/xo1d0x

Bien sur, un précédent candidat nous avait fait le coup de l’Etat irréprochable. On a vu ce qu’il en a été quand le candidat est devenu président.

Mais si vous voulez vous convaincre qu’il s’agit d’une vision et pas d’une formule, il vous suffit d’écouter les propositions de François Bayrou.

La nomination du garde des sceaux par exemple. Ce ministre au titre si particulier deviendrait un ministre approuvé par les trois quarts du parlement. Autant dire qu’il ne pourrait plus être nommé sans l’accord d’une part significative de l’opposition. Dans cette atmosphère de fin de règne où le soupçon rode dans toutes les affaires financières d’importance, avoir au dessus des procureurs une personnalité indiscutable changerait considérablement les choses.

De même, sa volonté de réformer les nominations des hauts fonctionnaires pour qu’ils soient approuvés, et plus empêchés, par une majorité qualifiée du parlement. De quoi s’agit il ? Tout simplement d’éviter les petits jeux de nominations qui ressemblent étrangement au système des prébendes de l’ancien régime.

Est il normal qu’un directeur de musée soit nommé par le président de la République ? Il est possible qu’un choix heureux soit fait mais comment éviter le soupçon quand il s’agit d’un ancien ministre ou collaborateur.

Mais à quoi bon me direz vous ? Qu’est ce que cela changera ? C’est simple tout.

Comment pouvons nous dire à nos enfants de se donner à l’école, qu’ils auront la récompense de leurs efforts s’ils entendent parler de telles nominations ? Nous même, arriverions nous à croire à la récompense de nos efforts si tous les jours on nous met sous le nez les soupçons de copinages ?

Un État impartial c’est un État exemplaire. C’est changer l’atmosphère de fin de règne pour une émulation collective vers le mieux.

On entend souvent dire qu’il n’y a pas de paix sans justice. La justice c’est de baser le fonctionnement d’un État sur le mérite. Le mérite ne dépendant pas d’une carte ou d’amitiés, vous ferez tout pour remplir au mieux votre rôle. Et n’est ce pas ce que nous pouvons légitimement attendre de ceux qui souhaitent servir l’État ?

Posted in politique | Commentaires fermés sur Un état impartial : retour sur une proposition de François Bayrou

La défense des positions électorales acquises

Posted by olivier_anthore on 28th février 2011

Le texte de loi sur la réforme des collectivités locales a fini par passer alors que le tumulte soulevé par la le texte sur les retraites s’était à peine apaisé.

On reconnait là la technique, appliquée avec constance, de tout faire bouger en même temps dans tous les sens, ce qui empêche de prendre le temps de regarder ce qui se passe sur l’image d’ensemble.

Pour ma part, je trouve la méthode regrettable et ce d’autant plus que le texte qui a fini par passer le sénat est une régression par rapport à l’accord qui avait été finalement trouvé sur le sujet à la suite du débat parlementaire. Pourquoi certains ont fini par accepter ce qui était inacceptable quelques mois plus tôt ? Mystère parlementaire. Pour en être représentant du peuple, on en est pas moins hommes et, suite à des pressions amicales, être amené à changer d’avis.

Mais, me direz vous, est ce si grave ? Après tout, cette loi ne rentrera en vigueur en 2014 et il sera possible d’y revenir suite aux élections de 2012 si le peuple exprime suffisamment fort sa volonté.

Pour tempérer cet optimisme, je voudrais attirer votre attention qu’au moins une partie de cette loi s’appliquera dès 2011. En effet, outre le découpage électoral notoirement connu pour ne pas respecter la cohérence démographique et géographique, le relèvement à 12,5% des inscrits la condition pour se maintenir au deuxième tour pose question.

Ce qui est gênant dans cette mesure c’est qu’elle est clairement faite pour rendre quasiment impossible les triangulaires dans les élections à faible taux de participation. Comme par exemple les élections cantonales de 2011.

Ce qui rend dubitatif sur cet objectif c’est qu’il s’agirait de rendre le vote plus lisible pour les citoyens. En effet, les législateurs, dans leurs immenses bontés, ont visiblement peur que le peuple soit tenté de mal voté s’il lui était proposé autre chose qu’un choix binaire au deuxième tour.

En clair, l’UMP a peur de perdre des sièges et des départements suite à un éparpillement des voix au deuxième tour.

Ce qui est finalement gênant à ce sujet, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs, c’est que ce genre de mesure ne fait que renforcer les positions acquises et empêche toute respiration démocratique.

En effet, en période de stabilité, il est relativement normal que la situation politique se stabilise relativement autour de deux voir de trois pôles. L’Histoire en apporte de nombreuses confirmations.

Cependant, quand l’équilibre est remis en question, il y a deux attitudes : tenter de geler la situation ou accompagner le changement. Encore une fois l’Histoire montre que la tentative de gel ne fait qu’à amener un éclatement encore plus dévastateur que le changement craint.

Cette petite mesure, passée presque en catimini, se positionne clairement comme une tentative de geler une évolution défavorable aux positions acquises du PS et de l’UMP.

Il reste à espérer que les électeurs sauront échapper à cette volonté de les mettre au pas et à passer un message clair sur ce qui s’apparente à une manœuvre de dernière minute pour préserver les intérêts d’un pouvoir aux abois.

Posted in Chroniques | Commentaires fermés sur La défense des positions électorales acquises

Cantonales Créteil Ouest : les candidats

Posted by olivier_anthore on 25th février 2011

La préfecture a publié la liste des candidats du premier tour.

Pour Créteil Ouest, vous aurez le choix entre 7 candidats :

Canton : Créteil – Ouest

Panneau                       Candidats Titulaires                                             Candidats Remplaçants

1                             Mme BOULC’H Marianne                                                M. FOURNIER Mickaël

2                             M. CASTRE Gérard                                                            Mme CHEVALIER Jeanne

3                             Mme ROUSSEL Françoise                                              M. FOURQUIN Jean-Pierre

4                             M. JOHNSON Abraham                                                   Mme BERRUET Anne

5                             M. HEBBRECHT Thierry                                                  Mme GAUDRON Audrey

6                             M. DEVAUCHELLE Jean-Marc                                     Mme CLAVEL Jocelyne

7                            M. ANTHORE Olivier                                                        Mme ORLOVETSKY Marie-France

Après un vote dans l’équipe, nous avons choisi en conséquence notre chanson de campagne : Seven Nation Army des White Stripes repris par Ben l’oncle Soul.

Si vous voulez la chanter avec nous : http://www.deezer.com/listen-4125923

Posted in Cantonales 2011 | 1 Comment »

Déclaration de candidature

Posted by olivier_anthore on 18th janvier 2011

olivier-anthore-photo-cantonolivier-anthore-presentation

Posted in Cantonales 2011 | Commentaires fermés sur Déclaration de candidature