Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Archive for novembre, 2009

Liberté, Liberté chérie

Posted by olivier_anthore on 12th novembre 2009

lib_nums

Pour ceux qui ont assisté l’année dernière aux universités populaires du Mouvement Démocrate, le nom de Paul Mathias et son livre sur les libertés numériques ne doivent pas être totalement inconnus.

La thèse de départ de ce livre est assez dérangeante et, rien que pour elle, ce livre mérite d’être lu. En effet, Paul Mathias en bon philosophe s’interroge sur la liberté apparente que semble offrir Internet en analysant les conditions de cette liberté.
Ce qu’il démontre en analysant la construction de l’Internet est que cette liberté est pour le moins relative car Internet s’est construit au fil des ans par le biais de choix plus autoritaires de quelques uns que technique et encore moins par des choix démocratique de tous les utilisateurs.

Bien sur, ces constructeurs de l’Internet n’étaient pas des despotes malfaisants, heureusement d’ailleurs, mais cette analyse écorne singulièrement l’idée d’un Internet nouvelle frontière qui donnerait à tous une liberté inconnue jusqu’alors.

Il montre assez bien selon moi que s’il existe bien une certaine liberté sur le net, cette liberté est relative et fragile. Ce qui peut expliquer la virulence de certains quand l’apparente neutralité du net est remise en cause.

Selon certains, l’apparition du net et de l’ordre d’une quatrième révolution de notre perception de la réalité. Après Galilée, Darwin et Freud, la numérisation de la vie, dont Internet n’est qu’un prodrome, va engendrer un changement radical de notre perception du réel. Comme j’avais essayé de le formaliser dans un billet précédent, le virtuel n’existe pas car tout simplement il est une partie de notre conscience du réel.

A mon sens, ce livre n’est par parfait car l’usage intensif d’un langage technique philosophique peut s’avérer gênant parfois pour bien saisir les subtilités du raisonnement.
Sur la fin j’ai eu l’impression que l’auteur se perdait un peu dans son analyse mais pour autant la question de notre liberté réelle sur Internet et bientôt sur l’Internet des objets est posée.

Ce débat là doit être ouvert de toute urgence.

Posted in Lectures | Commentaires fermés sur Liberté, Liberté chérie

Ceux qui traversent l’eau

Posted by olivier_anthore on 10th novembre 2009

9395

Nous venons, en grandes pompes, de célébrer les 20 ans de la chute du mur de Berlin, et notre grand président, ou M. Guaino, n’a pas manqué l’occasion de signaler qu’il restait des murs à faire tomber à travers le monde.

Beaucoup, à cette occasion ont pensé au mur qu’Israël érigeait pour se séparer de la la Palestine. D’autres, peut être, auront pensé au mur de séparation entre catholique et protestant en Irlande du Nord.

Mais combien ont pensé à ce mur quasi-invisible et bien plus meurtrier que le mur de Berlin qui entoure l’Europe ? Face au 300 morts du mur de la honte (1 135 selon certaines sources) pendant toute son existence que valent les plus de 900 morts rien qu’en Espagne en 2007, de la forteresse Europe ?

Je me souviens d’une conversation, avec un ami américain datant de 2006, alors que la France et les Etats Unis prenaient parallélement des décisions concernant l’immigration. A l’époque cet ami me disait : « Oui, je suis pour que tous ceux qui le veulent viennent aux Etats Unis et y travaillent et s’y construisent une meilleure vie pour eux même mais ils doivent être tenus aux même règles que ceux qui y ont toujours vécu sinon c’est injuste. C’est le plus gros problème avec ça, la drogue ou la porte ouverte aux terroristes c’est secondaire et ne laisse pas GW te dire autre chose. Les taxes c’est tout ce qu’il veut. »

Le point de vue français lui est de considéré que l’immigré vient forcément profiter de notre système et ne peut qu’occasionnellement apporter au pays d’accueil. Cette vision a commencé à être exposé par Michel Rocard avec son tristement célèbre : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde » dont le complément trop souvent oublié « , mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part.» ne corrige qu’à peine l’utilisation qui en a été faite.

Cependant, il serait injuste de penser que cette mentalité est propre à la France, de nombreux pays européen ont la même attitude vis à vis de l’immigration. En effet, dans notre construction et de par notre histoire, chaque pays européen est fermement convaincu qu’il est composé de population qui ont toujours vécu dans ses frontières. Les invasions barbares et les mouvements de populations qui ont jalonné l’histoire européenne ne semblent réveiller aucun souvenir. Qui aime d’ailleurs se rappeler ces périodes rarement heureuses ?

L’autre point, c’est que nous avons basé toute notre société sur un système protégeant le citoyen et lui offrant une qualité de vie et un confort rarement égalé. Seulement faute d’avoir su le faire évoluer, il se trouve maintenant en quasi faillite et payé à crédit. N’est-il pas plus facile de penser que l’étranger est le problème plutôt que notre propre apathie ?

Aux Etats Unis, pays ou l’immense majorité a conscience d’être venu d’ailleurs pour profiter de ce droit au bonheur que garanti la constitution ce raisonnement n’a presque pas lieu d’être. Il serait angélique de croire qu’il est inexistant et qu’il n’y a pas son influence mais les régularisations régulières des clandestins illustre que cette position n’est pas majoritaire aux Etats Unis.

Même si nous européens avons souvent du mal à l’admettre, les Etats Unis nous donne une leçon à leur manière. L’étranger, si on lui laisse sa chance et s’il accepte les régles du pays est avant tout une chance pour ce pays.

Quel qu’il soit et d’où qu’il vienne.

Lien intéressant :

Un retour de Michel Rocard sur l’exploitation de sa citation

Posted in politique | 1 Comment »

Un débat pour la galerie : La Poste

Posted by olivier_anthore on 3rd novembre 2009

la20poste20logo20reforme20statut

Pour illustrer le propos de mon billet précédent, et en montrer l’implication, je souhaiterais prendre un exemple dans l’actualité.

Le débat sur le changement de statut de la poste a commencé au Sénat. Ce débat, se place dans un contexte où la gauche, après avoir sinon approuvé du moins laissé faire toutes les privatisations, a décidé de s’opposer de manière frontale à se changement de statut.

Le débat est, à mon sens caractéristique car nous avons d’un coté une droite « pragmatique » qui explique qu’il n’y a pas d’autres choix possible et d’un autre coté une gauche qui nous explique qu’une entreprise de droit privée ne peut rendre une mission de service public.

De part et d’autre, ce débat est d’une rare hypocrisie pour les deux camps mais reconnaissons à l’UMP ce mérite, le seul, de la cohérence. Après nous avoir expliqué en long et en large que seule l’entreprise privée avait le bon modèle pour assurer l’efficacité de l’Etat, il aurait été incompréhensible qu’il ne l’applique pas à la Poste. Cependant, l’argument selon lequel c’est sous pression de Bruxelles que ce changement de statut est nécessaire ne tient pas. Si la Poste était restée franco-française, Bruxelles n’aurait rien trouvé à redire au statut de la Poste.

De l’autre coté, la gauche navigue dans une sorte de logorrhée mélangeant allégrement statu de l’entreprise et service rendu aux citoyens. En effet, la Poste n’a pas attendu son changement de statu pour fermer des bureaux de Poste jugés peu rentable, ni pour filialiser certaines de ses activités et remplacer ainsi à peu de frais les fonctionnaires par des salariés de droits privés taillables et corvéables à merci. Les salariés de Médiapost, filiale du groupe La Poste, de Saint Laurent du Var peuvent en témoigner.

Comme on le voit, tout ceci est un faux débat et, pour vous en convaincre, j’appellerai un pape de l’organisation des entreprises, Henri Mintzberg, qui face au tenant du tout public et du tout privé répondait « Peste soit sur vos deux maisons ».

En fait, le vrai débat, car il en existe un, serait de se poser les questions sur ce que les citoyens attendent de la Poste et du prix qu’ils sont prêt à payer pour cela. Mais ce débat est soigneusement évité car le citoyen en France n’a pas décider de ce qui est bon pour lui mais à accepter ce qu’on lui propose.

Posted in politique | Commentaires fermés sur Un débat pour la galerie : La Poste

La recherche d’un horizon

Posted by olivier_anthore on 2nd novembre 2009

20080505210050_horizon

Parmi les lectures régulières qui aident à comprendre le monde qui m’entoure, je recommande encore une fois la lecture du numéro de Septembre-Octobre de la revue du débat. Elle m’a aidé à travers ses dossiers sur le paysage politique français à réfléchir sur la situation actuelle.

Ce qui semble évident dans le paysage politique français est un fossé entre une majorité qui applique sans faillir un programme et une opposition qui peine à définir une alternative et se réfugie dans l’incantation.

Si le pouvoir actuel se revendique de droite, il est apparut assez rapidement qu’il ne s’agissait plus de la droite d’après-guerre gaullienne et anti-communiste. Non qu’elle renie ces racines mais, tout simplement, que prenant acte de l’ère postsoviétique, elle se trouvait seule à incarner un horizon politique présenté comme indépassable sans aucun adversaire crédible pour réfréner ses ardeurs idéologique.

Face à cette droite, l’adversaire classique qui était la gauche semble incapable de sortir du naufrage incarné par l’effondrement du soviétisme et de l’incarnation des utopies socialistes par le socialisme réel.

Dans ce marasme, une troisième voie peine à se dégager car la « nouvelle droite », sans pression externe, n’a aucun complexe à récupérer les termes et les concepts nouveaux pour les accorder à la loi du marché. Le principe sous-entendu, mais bien compris, est que tout peut être source de bénéfice et que le seul moteur efficace est l’intérêt égoïste des acteurs du marché.

Nous nous retrouvons donc face à une sorte de monstre protéiforme qui se nourrit de ses oppositions pour grossir sans cesse et occuper tout l’horizon politique comme étant le seul possible.

La proposition du mois de Septembre de François Bayrou de mettre en place un parlement de l’alternance pourrait être éventuellement un moyen de rendre crédible un autre horizon. Cependant, il est à craindre que, pour le moment du moins, aucun horizon alternatif n’ait été conçu par les autres forces politiques de ce pays.

Posted in politique | 1 Comment »

 
Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook