Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Le troupeau aveugle de l’UMP contre une alternative centrale

Posted by olivier_anthore on 8 mai 2012

François Hollande a été élu. Résultat inéluctable, annoncé sur tous les tons par les sondeurs, depuis que la route s’est singulièrement dégagée devant lui l’année dernière. Nous verrons où il nous mènera mais la surprise, pour certains, a été LA décision de François Bayrou.

Surprise très relative pour ceux qui s’étaient donné la peine de lire ses livres depuis 2006 qui tous tendaient à s’opposer de manières frontales aux valeurs que défendait Nicolas Sarkozy. Je parle bien de valeurs et non pas de personne et c’est là tout le drame.

Maintenant qu’il est à peu près certain que nous ne verrons pas de sitôt M. Sarkozy sur la scène politique, il reste l’idéologie dominante de l’UMP dont il n’était que le porteur. Le rapprochement avec le FN devient de plus en plus évident, au grand dam de Mme Jouanno, et la volonté d’éliminer toutes voix discordantes se fait sentir.

M. Copé veut la peau de François Bayrou. Personne ne parle encore de croc de boucher mais on entend d’ici le bruit des couteaux qu’on affûte. Je ne m’inquiète pas pour François Bayrou, il en a vu d’autres.

Cela dénote juste l’état de décomposition idéologique de l’UMP. Aucune remise en question sur ce qui a pu pousser autant de gens à se détourner ainsi de ce parti. Mon bureau de vote, traditionnellement centre droit, a ainsi offert une majorité confortable à François Hollande. Du jamais vu ici.

Pourquoi ?

Il est clair que ce n’est pas pour le programme économique du président Hollande. Je serais d’ailleurs bien en peine de le défendre. Mais je pense que, comme moi, beaucoup se sont dit que l’on peut négocier un programme économique mais qu’on ne négocie pas avec l’Honneur.

« Tout est perdu sauf l’Honneur » écrivait à sa mère François Ier après Pavie. Et ce qui me navre c’est que visiblement l’UMP n’a pas su retenir cette leçon. Pour être plus direct, je reprendrais les paroles de Michel Volle, quand on prétend que le but de la politique c’est de gagner les élections, il ne faut pas s’étonner que trahison et prostitution deviennent la norme.

Notre opposition aux thèses du FN n’est pas une fausse pudeur. Elle est l’âme même de notre combat politique. Car, du MRP d’hier au Modem d’aujourd’hui, solidarité et fraternité font parties de notre ADN politique. La rigueur dans la gestion des comptes publics est une constante chez nous mais uniquement pour servir ces objectifs supérieurs.

J’ose rêver que certains à l’UMP se ressaisiront et sauront s’opposer. Ce troupeau aveugle qu’est devenu l’UMP va vers la désintégration de la droite républicaine. Je suis pessimiste. La logique d’appareil est souvent trop forte contre les individus. Mais s’il existe des esprits libres, qu’ils sachent qu’il y a une alternative et un rassemblement possible au centre.

C’est ce que nous devons construire dans les années à venir.

4 Responses to “Le troupeau aveugle de l’UMP contre une alternative centrale”

  1.   JM Says:

    Contrairement à un grand nombre d’acteurs de la scène politique française, François Bayrou à montré et démontré qu’il est bien plus qu’un homme politique. Il est surtout un homme de valeurs.
    Les personnes défendant des valeurs humanistes se font de plus en plus rare. Aujourd’hui, on a l’impression que « la fin justifie les moyens » est l’alpha et l’oméga des dirigeants de l’UMP. Hélas, je pense aussi que l’alliance avec le Front National ou une de ses officines n’est qu’une histoire de temps.

  2.   olivier_anthore Says:

    Je pense toutefois qu’il existe, à l’UMP comme ailleurs, des gens sensibles à ce que François Bayrou incarne.

    Il ne manque que l’étincelle qui fera tout basculer. Je la crains autant que je la redoute car j’ai peur que ça ne soit qu’à la faveur d’une catastrophe…

  3.   Adissa A. Says:

    Quel bel article tu nous fais là !
    Sur la forme : c’est certain, tu sais dire dans la simplicité et la clarté des choses, néanmoins essentielles. Sans l’once ni besoin d’un enrobage superflu. Bravo

    Sur le fond : cela reste et demeure (contrairement à beaucoup) fidèle à tes sensibilités de militant social-humano-centriste. C’est aussi la ligne défendue par Bayrou qui en la circonstance, a su faire la différence entre la politique démagogique pure, et les idées et les valeurs républicaines. Cela a donné d’un coté :
    • La droitisation, les phrases chocs et hautement dangereuses pour la cohésion et la paix sociales en France, qui ont été entendues dans la famille UMP pendant la campagne ;le tout couronnée par l’appel du président sortant« aux électeurs du Front National », le bouquet !!
    • De l’autre l’affirmation non démentie de l’exact opposé : la France multiple, arc-en-ciel. Non à la division, à la haine raciale. Donc aucun rapprochement avec ceux qui affirment le contraire
    A partir de là, le choix des citoyens français se fait non plus seulement sur le programme économique du PS, mais essentiellement sur quel modèle de société favoriser, dans la recherche des solutions pour l’avenir déjà si sombre. Cela d’autant plus, dans la mesure où même les banques centrales et la finance internationales n’auront pas su éviter ou maitriser les banqueroutes y compris au sein de l’UE)..
    Moi non plus, je ne cherche pas à défendre Bayrou car en prenant sa décision à titre personnel de voter Hollande, il n’engageait bien évidemment que lui seul. Mais heureusement pour le pays, par ce choix il a su réveiller la conscience de beaucoup d’autres citoyens français de tous horizons, qui ne pouvaient, et ne voulaient non plus assister en toute complicité à la déroute menée par la politique sarkozyste. Et lui donner ainsi un deuxième mandant de cinq années.
    C’est pourquoi et en toute logique, nous avons été nombreux et fiers d’accompagner en ce 6 mai 2012 l’ascension d’une vision plus sociale, humaine pour ce pays. Celle du président François Hollande.

  4.   olivier_anthore Says:

    Il faut quand même noter que le principal mérite du PS était de ne pas être au pouvoir.

    Le peu d’entrain à laisser exister une parole différente même quand des accords existent, pour EE-LV, montre qu’il faudra peu de temps pour que nous voyions le PS suivre un chemin parallèle à l’UMP actuelle.

    Les mots changent, les pratiques restent.

    Tout pouvoir corrompt et les exemples locaux sont peu encourageant concernant le PS.