Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Archive for février, 2011

La défense des positions électorales acquises

Posted by olivier_anthore on 28th février 2011

Le texte de loi sur la réforme des collectivités locales a fini par passer alors que le tumulte soulevé par la le texte sur les retraites s’était à peine apaisé.

On reconnait là la technique, appliquée avec constance, de tout faire bouger en même temps dans tous les sens, ce qui empêche de prendre le temps de regarder ce qui se passe sur l’image d’ensemble.

Pour ma part, je trouve la méthode regrettable et ce d’autant plus que le texte qui a fini par passer le sénat est une régression par rapport à l’accord qui avait été finalement trouvé sur le sujet à la suite du débat parlementaire. Pourquoi certains ont fini par accepter ce qui était inacceptable quelques mois plus tôt ? Mystère parlementaire. Pour en être représentant du peuple, on en est pas moins hommes et, suite à des pressions amicales, être amené à changer d’avis.

Mais, me direz vous, est ce si grave ? Après tout, cette loi ne rentrera en vigueur en 2014 et il sera possible d’y revenir suite aux élections de 2012 si le peuple exprime suffisamment fort sa volonté.

Pour tempérer cet optimisme, je voudrais attirer votre attention qu’au moins une partie de cette loi s’appliquera dès 2011. En effet, outre le découpage électoral notoirement connu pour ne pas respecter la cohérence démographique et géographique, le relèvement à 12,5% des inscrits la condition pour se maintenir au deuxième tour pose question.

Ce qui est gênant dans cette mesure c’est qu’elle est clairement faite pour rendre quasiment impossible les triangulaires dans les élections à faible taux de participation. Comme par exemple les élections cantonales de 2011.

Ce qui rend dubitatif sur cet objectif c’est qu’il s’agirait de rendre le vote plus lisible pour les citoyens. En effet, les législateurs, dans leurs immenses bontés, ont visiblement peur que le peuple soit tenté de mal voté s’il lui était proposé autre chose qu’un choix binaire au deuxième tour.

En clair, l’UMP a peur de perdre des sièges et des départements suite à un éparpillement des voix au deuxième tour.

Ce qui est finalement gênant à ce sujet, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs, c’est que ce genre de mesure ne fait que renforcer les positions acquises et empêche toute respiration démocratique.

En effet, en période de stabilité, il est relativement normal que la situation politique se stabilise relativement autour de deux voir de trois pôles. L’Histoire en apporte de nombreuses confirmations.

Cependant, quand l’équilibre est remis en question, il y a deux attitudes : tenter de geler la situation ou accompagner le changement. Encore une fois l’Histoire montre que la tentative de gel ne fait qu’à amener un éclatement encore plus dévastateur que le changement craint.

Cette petite mesure, passée presque en catimini, se positionne clairement comme une tentative de geler une évolution défavorable aux positions acquises du PS et de l’UMP.

Il reste à espérer que les électeurs sauront échapper à cette volonté de les mettre au pas et à passer un message clair sur ce qui s’apparente à une manœuvre de dernière minute pour préserver les intérêts d’un pouvoir aux abois.

Posted in Chroniques | Commentaires fermés sur La défense des positions électorales acquises

Cantonales Créteil Ouest : les candidats

Posted by olivier_anthore on 25th février 2011

La préfecture a publié la liste des candidats du premier tour.

Pour Créteil Ouest, vous aurez le choix entre 7 candidats :

Canton : Créteil – Ouest

Panneau                       Candidats Titulaires                                             Candidats Remplaçants

1                             Mme BOULC’H Marianne                                                M. FOURNIER Mickaël

2                             M. CASTRE Gérard                                                            Mme CHEVALIER Jeanne

3                             Mme ROUSSEL Françoise                                              M. FOURQUIN Jean-Pierre

4                             M. JOHNSON Abraham                                                   Mme BERRUET Anne

5                             M. HEBBRECHT Thierry                                                  Mme GAUDRON Audrey

6                             M. DEVAUCHELLE Jean-Marc                                     Mme CLAVEL Jocelyne

7                            M. ANTHORE Olivier                                                        Mme ORLOVETSKY Marie-France

Après un vote dans l’équipe, nous avons choisi en conséquence notre chanson de campagne : Seven Nation Army des White Stripes repris par Ben l’oncle Soul.

Si vous voulez la chanter avec nous : http://www.deezer.com/listen-4125923

Posted in Cantonales 2011 | 1 Comment »

CANTONALES MARS 2011 : CANDIDATS du MOUVEMENT DEMOCRATE 94

Posted by olivier_anthore on 24th février 2011

Le Mouvement Démocrate du Val-de-Marne, réuni en bureau départemental le samedi 29 janvier 2011 à Choisy-le-Roi, a investi ses candidats aux élections cantonales des 20 et 27 mars 2011.

Le MoDem 94 a accordé son investiture à une dizaine de candidats, implantés dans leur commune, expérimentés et prometteurs. Ils porteront un discours de renouvellement au Conseil général du Val-de-Marne, loin des clivages partisans et dans l’intérêt de leurs territoires et des habitants du Val-de-Marne.

CANTON D’ARCUEIL-GENTILLY OUEST : M. Dominique JACQUIN, conseiller municipal, producteur artistique – Suppléante : Patricia DREIDEMY, journaliste – http://cantonales-arcueil-gentilly.blogspot.com

CANTON DE CHENNEVIERES-SUR-MARNE : Jean-Pierre BARNAUD, conseiller municipal, chef d’entreprise – Suppléante : Marie-Christine DIRRINGER, conseillère municipale, chef d’entreprise.

CANTON DE CHOISY-LE-ROI : Jean-Marc BRIENNON, conseiller municipal, cadre commercial– Suppléante : Béatrice ALLIROL, conseillère municipale, retraitée – http://www.modemchoisy2011.fr

CANTON DE CRETEIL OUEST : Olivier ANTHORE, responsable Projets – Suppléante : Marie-France ORLOVETSKY, retraitée de l’Education nationale – http://oanthore.lesdemocrates.fr

CANTON DE FONTENAY EST : Philippe LHUIZIERE, cadre administratif à l’ACOSS – Suppléante : Viviane LECHAT, professeur des écoles – http://www.modem-fontenay.fr

CANTON DU PERREUX-SUR-MARNE : Marc BONIFACE, conseiller municipal, chef d’entreprise – Suppléante : Cécile RAFFET, conseillère municipale, assistante de vie scolaire.

CANTON DE SAINT-MAUR OUEST : Stéphane HELIERE, collaborateur parlementaire – Suppléante : Nathalie DEMAREST, professeur au Lycée d’Arsonval – http://www.saintmaurouest.fr

CANTON DE VILLEJUIF EST : Jorge CARVALHO, conseiller municipal, directeur d’entreprise – Suppléante en attente – http://www.cantonales-villejuif.fr

CANTON DE VILLEJUIF OUEST : Cécile DENIARD, conseillère municipale, traductrice littéraire – Suppléant : Benyoucef BOKRETA, chef d’entreprise – http://www.cantonales-villejuif.fr

CANTON DE VINCENNES EST : Bruno CAMELOT, adjoint MoDem aux sports et à la Jeunesse, architecte, suppléant de Mme Le Bideau, candidate NI de la majorité municipale.

CANTON DE VILLENEUVE-SAINT-GEORGES CENTRE : Lydie LAVADOUX, employée commerciale, suppléante de Philippe GAUDIN, conseiller municipal d’opposition (NI) à Villeneuve-Saint-Georges.

Posted in Cantonales 2011 | Commentaires fermés sur CANTONALES MARS 2011 : CANDIDATS du MOUVEMENT DEMOCRATE 94

un urbanisme démocratique et durable

Posted by olivier_anthore on 22nd février 2011

cheret

Samedi dernier nous sommes allés à la rencontre des cristoliens pour présenter ma candidature. Moment essentiel de la vie de l’élu, cette rencontre est toujours pleine de surprises. C’est en effet le moment où vous sortez des dossiers et des chiffres pour « entrer dans le réel ».

En discutant avec une commerçante du centre commercial Chéret, elle me demandait si quelque chose ne pouvait pas être fait pour rendre un peu plus attractif la petite place au cœur de ce centre.

En discutant avec elle de ce qui serait souhaitable, je me suis vite rendu compte que sa demande était beaucoup plus profonde qu’un simple coup de pinceau. L’état des trottoirs, qui sont un parcours du combattant pour les personnes à mobilité réduite, sont déjà un indicateur du travail à faire. Sa demande était aussi de rendre ce quartier plus vivable en transformant ce lieu de passage en lieu de vie. La comparaison qui est souvent venue était de comparer ce centre au quartier de Créteil Village.

Ceci amène une réflexion de fond sur la manière dont les institutions pensent l’urbanisme dans notre ville et notre département. J’étais présent au comité de quartier des Bleuets lors de la présentation du réaménagement de la place des bouleaux. Déjà à ce moment, j’avais mesuré que les idées qui gouvernaient l’ensemble du projet conservaient la sacro-sainte séparation entre piétons et voitures et oubliait d’autres modes de circulation douce comme le vélo.

Bien entendu, la promesse est faite de mettre des panneaux de limitation de vitesse. Mais la conception de ces projets n’intègre ni ralentisseur, ni tracé de route empêchant des vitesses excessives, ni même un espace dédié aux vélos. Les aménagements ultérieurs seront à faire à la charge du comité de quartier.

Des réunions sont organisées, les citoyens amenés à se prononcer sur chaque projet. Mais lorsqu’une proposition est faite, aucune alternative n’est proposée. Vous pouvez vous prononcer, certes, mais sur les aménagements à la marge comme le positionnement des arbres. Pour la ville, aucune concertation sur le Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.) n’est aujourd’hui organisée. Au niveau départemental, depuis le bilan des déplacements de 2009, pas de rapport d’étape annoncés ni de concertations avec les habitants.

Pourtant, nous avons tous a gagné à changer la manière dont notre ville a été conçu jusqu’ici. Les déplacements vont coûter de plus en plus cher. Les « petits commerces » vont reprendre de l’importance car ils rendent de grands services. Les grandes chaînes de distributions l’ont très bien anticipé : elles réinvestissent en force les surfaces moyennes.

Il est de notre rôle de prévoir les impacts de ces changements et d’adapter les investissements en conséquence. Par exemple, en réfléchissant avec les habitants de la rue Chéret, sans oublier les commerçants du centre, pour rendre le centre commercial plus facile d’accès et plus agréable à vivre. C’est ce que je veux pour ce canton.

Posted in Cantonales 2011 | Commentaires fermés sur un urbanisme démocratique et durable

Les Agences Régionales de Santé : les grandes discrètes

Posted by olivier_anthore on 19th février 2011

Le docteur Élisabeth Hubert, ancienne ministre d’Alain Juppé, a rendu le 26 novembre dernier un rapport au chef de l’état concluant la mission de concertation sur la médecine de proximité. Vous devez en avoir entendu parler à propos des aspects les plus médiatiques que sont le développement de la télémédecine et de la lutte contre la désertification médicale.

Le but de cette chronique étant plus de parler des collectivités locales, j’ai donc lu ce rapport avec un angle d’approche différent pour y débusquer la présence d’institutions relativement discrète jusqu’ici : les Agences Régionales de Santé ou ARS.

Relativement discrète car au moins une de ces agences a fait parler d’elle jusqu’à présent. Je veux parler de l’Agence d’Ile de France, et de son président Claude Evin, qui courant Septembre a lancé une étude pour envisager de ne garder qu’un service d’urgence ouvert par département la nuit en dehors de Paris et a annoncé son projet de fermeture de la chirurgie cardiaque à l’hôpital Henri Mondor de Créteil.

La création de ces agences avait envisagé dans le rapport Balladur sur la réforme des collectivités locales. Elles furent créées par la loi Hôpital Patients Santé Territoires du 21 juillet 2009. Ceci me permet de vous conseiller de lire ce rapport Balladur au vu des impacts qu’il ne cesse d’avoir sur l’organisation de notre pays.

Les ARS ont été créées le 1er avril 2010 dans toutes les régions.

Ses missions sont brièvement décrites sur le site du ministère de la santé :

  • Promotion de la santé et de la prévention,
  • Veille et sécurité sanitaire,
  • Organisation des soins hospitaliers et ambulatoires,
  • Organisation des pratiques soignantes et des modes de recours aux soins des personnes,
  • Accompagnement médico-social.

Ces agences fusionnent différents organismes (DRASS, DDASS, ARH, URCAM, Missions Régionales de Santé) et fusionnaient déjà les niveaux régionaux et départementaux. Il est déjà assez visible, du point de vue de la santé et du social du moins, que les jours des départements sont comptés.

Le détail piquant est que ces agences régionales ont été mise en place un mois après les élections régionales. Est-ce une manière de dire que la région n’a finalement que peu de chose à dire sur la santé ?

Impression renforcée lorsque l’on considère que le conseil de surveillance de 24 membres est présidés par le préfet de région, donc l’État, et qu’il n’y a que 4 représentant des collectivités locales. Elles sont normalement plus représentées au niveau de la conférence régionale de la santé et de l’autonomie. Reste à savoir comment leurs avis seront entendus à l’avenir.

Revenons au rapport du docteur Hubert qui peut nous servir de rapport d’étape sur ces fameuses ARS.

La première inquiétude vient de la demande de mettre à disposition de l’ARS des données actualisées et qu’en plusieurs endroits le rapport souligne que les chiffres sont imprécis et que les définitions ne sont pas les mêmes selon les acteurs et les régions. Pour le moins on peut se dire que le pilote est un peu dans le brouillard.

Élément intéressant de ce rapport, c’est qu’il reprécise le rôle de ces ARS comme pilote et non comme acteur de la politique de santé sur le territoire. Sachant que le président de l’ARS dispose de pouvoir assez étendu sur les professionnels de santés par ses compétences d’évaluation et de contrôle, il s’agit au moins d’un pilote qui a les moyens juridiques de pilotage.

Cependant, et cela pondère largement cette dernière constatation, je ne résiste pas à la tentation de citer la conclusion de ce rapport sur le rôle des ARS : « Nous ne répéterons jamais assez que pour se donner toutes les chances de succès, des moyens financiers et humains doivent être affectés à ces agences, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui comme si, quelque part, l’État regrettait ce qu’il a créé par la Loi. »

Le courage législatif n’est pas d’inscrire un texte de loi plus ou moins ambitieux en le parant des épithètes de réforme, historique etc…. Le courage législatif c’est d’assumer pleinement la loi une fois promulguée et de ne pas s’y engager s’il n’est pas certains de la faire appliquer. Leçon trop souvent oubliée et qui risque encore d’être prise en défaut avec ces agences si discrètes.

Posted in Chroniques | Commentaires fermés sur Les Agences Régionales de Santé : les grandes discrètes

C’est quoi les élections cantonales ?

Posted by olivier_anthore on 15th février 2011

Voilà une question de base qui a le mérite de poser l’enjeu.

Ça me permet de vous signaler le blog de Jean-Marc Briennon et Béatrice Allirol candidats comme moi aux élections cantonales 2011. Cliquez ici pour la réponse à cette question.

Depuis 2008, j’ai souvent eu l’occasion de travailler avec ces deux élus et ça a toujours été des occasions agréables et enrichissantes.

Au passage, le billet se termine sur un bilan rapide de la réforme des collectivités locales que je partage complètement.

Ce qui n’étonnera pas les lecteurs de ce blog.

Posted in Cantonales 2011 | Commentaires fermés sur C’est quoi les élections cantonales ?

C.H.U. Henri Mondor : l’incompréhensible fermeture

Posted by olivier_anthore on 13th février 2011

Jeudi 15 février j’étais présent à la manifestation organisée par le personnel hospitalier du CHU Henri Mondor pour protester contre l’incompréhensible fermeture du service de chirurgie cardiaque.

Cette fermeture est d’autant plus incompréhensible de Claude Evin le 19 janvier dernier, lors d’une réunion à huis clos, avait rassuré tout le monde en promettant la création d’une structure commune avec la Pitié Salpetrière. L’Autorité Régionale de Santé obtenait ainsi la réduction des coûts et Henri Mondor le maintient d’une activité essentielle.

Cependant, sept jours plus tard, par courrier l’A.R.S. faisait savoir qu’aucune autorisation d’opérer ne serait donnée à Henri Mondor. En clair, cela revient à arrêter les activités de chirurgie cardiaque à Henri Mondor. Avec un cynisme consommé, l’A.R.S. illustrait le vieil adage que les paroles s’envolent et que seuls les écrits restent.

Un élu socialiste me confiait, désabusé, lors de la manifestation « Tu sais, je le connais le Claude (Evin N.D.R.), il a dit exactement ce qu’il fallait pour sortir de la salle sans encombres ».

Le professeur Emmanuel Teiger, responsable du service cardiologie, lui énonçait les conséquences de cette fermeture.

En effet, en faisant rentrer dans Paris ce service, c’est 10 kilomètre rajouté à des patients venant de Seine et Marne ou de l’Est du Val de Marne. Il indiquait aussi que les conséquences sur les opérations urgentes pour ces patients ne sont pas évaluables. Quand on sait que l’année dernière 597 patients ont été soignés dans ce service pour un bassin de population de 1,5 millions d’habitants, il est légitime de se demander ce que cela entraînera dans l’avenir.

Plus grave, l’hôpital Henri Mondor est  un pôle important pour soigner les poly-traumatisés. En lui enlevant la chirurgie cardiaque, cet hôpital se trouvera donc dans l’incapacité de traiter les traumas nécessitant une intervention cardiaque. On serait tenté de croire que cette fermeture annonce la fin du traitement de ces malades à Mondor.

A ceci s’ajoute que cet hôpital est aussi un Centre Hospitalier Universitaire (C.H.U.) et que près de 80% des chirurgiens cardiaques français passent par ce service au cours de leur formation. C’est dire le niveau d’excellence de ce service reconnu au niveau européen.

Si l’on sort du périmètre hospitalier, il est légitime de se demander ce que veut dire cette fermeture au niveau de l’aménagement du territoire et du grand Paris. En effet, quel que soit le trajet finalement retenu, il y aura au moins deux gares construites à moins de 500 mètres de cet hôpital.

Cela veut dire une augmentation considérable de la population et, donc, des besoins d’opérations.

A moins de considérer que, comme les casernes, les hôpitaux ne participent pas de l’aménagement du territoire.

J’appelle donc, avec les élus Modem de Créteil, à ce que l’A.R.S. réétudie sa décision. Il faut préserver l’intérêt des patients et prendre en considération l’évolution démographique de notre département.

Posted in Cantonales 2011 | Commentaires fermés sur C.H.U. Henri Mondor : l’incompréhensible fermeture