Une vue excentrée

Regards de la périphérie

De la révolution à la décentralisation

Posted by olivier_anthore on 9th octobre 2010

Voici le texte de ma deuxième chronique sur Fréquence Orange que vous pouvez écouter ici. A noter que cette chronique est en fait le troisième volet d’une série de trois sur l’historique des départements.

Dans la constitution de 1791, le département se concevait comme une structure bicéphale avec d’un coté un conseil général élu qui représentait le département, et de l’autre un procureur général syndic, élu lui aussi mais représentant l’Etat.

Chaque département était divisé en district qui bénéficiait aussi d’une assemblée élue et d’un procureur syndic, ce qui explique le terme de général au niveau départemental qui est resté malgré son inutilité. Conservatisme français. Chaque district était ensuite divisé en canton et à l’intérieur des cantons vous retrouviez les communes, l’autre grande institution locale.

Cette organisation, sans doute la plus décentralisée que la France aient connu, n’a jamais pu véritablement fonctionner. Les théoriciens se disputent toujours pour savoir si c’est pour des raisons historiques ou organisationnelle.

Toujours est il que finalement ce sont les communes qui, héritières d’une tradition de défense des intérêts locaux, se sont imposées comme le noyau de base de l’organisation territoriale. On en voit encore les traces aujourd’hui dans les taux de participations aux différentes élections, généralement meilleures aux municipales qu’aux cantonales.

Au cours du XIXème siècle, les régimes et les constitutions ont varié mais les départements avec leurs conseils généraux et leurs procureurs, devenus préfets sous le consulat, se sont maintenus. Leurs attributions ont évolué mais le principe même de cette organisation du territoire n’a jamais été remise en cause. Pour l’Etat, imprégné par la nécessité de maintenir coûte que coûte l’unité nationale, le département et le contrôle de toutes les collectivités locales par l’administration préfectorale était un principe d’airain.

Il faut attendre 1982 et les lois de décentralisation, voulues par Gaston Defferre, pour que le département ne soit plus seulement une structure permettant à l’Etat de coordonner son action sur le territoire mais bien une entité active de la démocratie locale. Cet aspect s’est trouvé renforcé par les lois de 2004 et surtout par l’inscription dans la constitution du principe de la décentralisation dans la constitution.

On le voit les départements ont une histoire ancienne et la volonté de réforme actuelle n’est qu’un nouvel épisode dans cette histoire. Mais nous y reviendrons plus en détail dans de prochaines chroniques.

Posted in Chroniques | 1 Comment »

Lecture d’été : Quelle nouvelle réforme pour les collectivités territoriales françaises ?

Posted by olivier_anthore on 22nd août 2010

9782296115040fs

Pour continuer avec mes lectures d’été, je me suis vivement intéressé à ce qui s’écrivait sur la réforme des collectivités locales. Les cantonales ayant lieu l’année prochaine seront sans doutes les dernières avant l’application possible ou probable, selon que vous soyez réaliste ou volontariste, de cette réforme.

Alors que la réforme parait s’enliser comme bien d’autres avant elles, il est toujours intéressant d’écouter des commentaires fouillés sur les tenants et les aboutissants de cette réforme.

Ce livre est en fait la compilation des contributions à un colloque international organisé par le GRALE, Groupement de Recherche sur l’Administration Locale en Europe et le CRDT, Centre de Recherche sur la Décentralisation Territoriale.

Autant vous prévenir tout de suite, les contributions sont assez inégales et la relecture laisse parfois franchement à désirer. Entre les répétitions mots pour mots à quelques paragraphes de distance et les phrases tronquées, la bonne volonté du lecteur en prend un coup. Peut être ne faut il pas être trop exigent pour un livre qui aura un public très confidentiel mais j’ai peine à croire que l’on puisse intéresser au-delà du sérail si un minimum d’effort n’est pas fait.

Alors faut il lire ce livre malgré ces défauts ? La réponse de ma part est évidente mais je voudrais en expliciter quelques points.

Nous allons bon gré mal gré vers une réforme qui va modifier profondément les équilibres locaux en permettant au pouvoir central de reprendre en main, sans avoir l’air d’y toucher, les exécutifs locaux.

Ce livre, à travers ses analyses, montrent non seulement les incohérences de la réforme, ses failles constitutionnelles mais surtout remet en perspective les évolutions des collectivités locales et les suites logiques de cette réforme.

A lire donc avec indulgence afin d’aiguiser son esprit critique de citoyen prêt à réformer mais pas à avaler n’importe quoi.

Posted in Lectures | 1 Comment »

Mémoires

Posted by olivier_anthore on 25th avril 2010

Le 24 avril 2010 était un jour de mémoire. C’est la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation. Comme chaque année, se sont réunis pour se souvenir anciens combattants, survivants combattants et civils de ce qui restera l’acmé du suicide de la civilisation européenne célébrée par Stefan Zweig dans « Le Monde d’Hier ». Depuis mon enfance j’assiste à ces commémorations qui se passent au pied de mon immeuble. Moment étrange où un passé barbare remonte à la surface d’un quotidien si pacifié.

Le discours prononcé à cette occasion rappela le courage et la nécessité pour ceux qui avaient choisi le camp de l’humanité de se battre sans faiblir contre ceux qui avaient choisi le camp de l’inhumanité. Paroles qui faisaient échos aux inscriptions du monument, citations de poète et d’écrivains fidèles à cette résistance à l’innommable. Tout ici est symbole, cette terre éclatée de Jean Cardot qui porte ces messages du passé au cœur d’une ville moderne. Trait d’union entre ce qui fut et ce qui sera.

En assistant à cette cérémonie, en écoutant le chant des marais et celui des partisans, en regardant ceux en lesquels la flamme de la vie avait refusé de s’éteindre et qui restait témoigner, on ne pouvait que se demander : quelle leçon cette mémoire nous enseigne t’elle ?

Depuis Hannah Arendt, nous savons qu’il y a une banalité du mal, que rester humain demande un effort incessant. Effort de mémoire mais aussi de réflexion pour ne plus rendre possible les conditions d’un tel naufrage de la raison.

C’est cet élan qu’avait su insuffler le traité de Rome et qui malgré les vicissitudes nous a doté d’institutions communes, d’un parlement et même d’une monnaie. Toutes choses précieuses pour assurer la paix et nous protéger de la barbarie.

Car n’oublions pas que ce qui a rendu possible les naufrages Italiens et Allemands qui nous ont entraînés à leur suite sont autant les égoïsmes nationaux que la volonté de rechercher des coupables avant des solutions.

Si aujourd’hui est un jour de tristesse, pour éviter qu’il ne soit qu’une simple réunion de commémoration mais une occasion de donner du fruit pour nous et nos enfants, nous devrions réfléchir à deux fois sur le chemin que prends l’Europe aujourd’hui et le repli insidieux de chacun dans son pré carré.

Posted in Réflexions | Commentaires fermés sur Mémoires

La correspondance de Clemenceau

Posted by olivier_anthore on 19th août 2009

51kstg0esjl__sx86_

L’été, la saison propice aux lecture au long court. Un petit billet pour partager une partie de ces lectures.

« On ne gagne rien à connaître un génie au quotidien » aurait dit un critique après avoir terminé l’harassante lecture de la correspondance de marcel Proust. En achetant ce livre je me suis rappelé cette phrase et c’est avec une certaine appréhension que j’ai commencé cette lecture.

 

« Voici l’intimité d’un grand homme » disent les deux responsables de ce recueil et, pour le moins, il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

 

L’intimité d’abord, d’un jeune homme qui grandit face à l’adversité, qui est amoureux, qui voyage, qui rit, qui vieillit, qui tombe malade et qui jamais ne semble vouloir se soumettre. Intimité mais pas de voyeurisme dans ce recueil. Les discussions même les plus intimes sont toutes empruntes de cette délicatesse propre aux grandes âmes.

 

Un grand homme. Clemenceau, l’homme qui trouva le titre « J’accuse » au pamphlet de Zola. Clemenceau le Tigre, le tombeur de ministère. Clemenceau le premier flic de France qui présida à la création des brigades mobiles. Clemenceau le père la victoire qui pendant l’année terrible tint les rênes de la France. Mais au delà de ces icônes, Clemenceau l’ami fidèle, Clemenceau l’amoureux passionné, Clemenceau le passionné des Arts.

 

Ce recueil nous apprend à le connaître sans complaisance, avec des notes et un dictionnaire précisant les points de chaque lettre pouvant paraître obscurs.

 

Complétant les lettres un portrait de Clemenceau et une biographie aident à camper le décor dans lequel va évoluer le personnage.

 

C’est peu dire qu’à la fin je suis sous le charme de l’homme et que c’est à regret que je suis arrivé à la fin. Car la découverte d’une personne aussi gigantesque ne se fait pas sans qu’on se sente habité par sa présence et, la dernière page tournée, il ne vous reste plus que l’envie de continuer la route avec lui.

 

Le seul défaut que j’ai pu trouver : quelques fautes dans les notes. Mais c’est vraiment minime.

 

A mettre entre toutes les mains.

Posted in Lectures | Commentaires fermés sur La correspondance de Clemenceau

 
Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook