Une vue excentrée

Regards de la périphérie

La correspondance de Clemenceau

Posted by olivier_anthore on 19 août 2009

51kstg0esjl__sx86_

L’été, la saison propice aux lecture au long court. Un petit billet pour partager une partie de ces lectures.

« On ne gagne rien à connaître un génie au quotidien » aurait dit un critique après avoir terminé l’harassante lecture de la correspondance de marcel Proust. En achetant ce livre je me suis rappelé cette phrase et c’est avec une certaine appréhension que j’ai commencé cette lecture.

 

« Voici l’intimité d’un grand homme » disent les deux responsables de ce recueil et, pour le moins, il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

 

L’intimité d’abord, d’un jeune homme qui grandit face à l’adversité, qui est amoureux, qui voyage, qui rit, qui vieillit, qui tombe malade et qui jamais ne semble vouloir se soumettre. Intimité mais pas de voyeurisme dans ce recueil. Les discussions même les plus intimes sont toutes empruntes de cette délicatesse propre aux grandes âmes.

 

Un grand homme. Clemenceau, l’homme qui trouva le titre « J’accuse » au pamphlet de Zola. Clemenceau le Tigre, le tombeur de ministère. Clemenceau le premier flic de France qui présida à la création des brigades mobiles. Clemenceau le père la victoire qui pendant l’année terrible tint les rênes de la France. Mais au delà de ces icônes, Clemenceau l’ami fidèle, Clemenceau l’amoureux passionné, Clemenceau le passionné des Arts.

 

Ce recueil nous apprend à le connaître sans complaisance, avec des notes et un dictionnaire précisant les points de chaque lettre pouvant paraître obscurs.

 

Complétant les lettres un portrait de Clemenceau et une biographie aident à camper le décor dans lequel va évoluer le personnage.

 

C’est peu dire qu’à la fin je suis sous le charme de l’homme et que c’est à regret que je suis arrivé à la fin. Car la découverte d’une personne aussi gigantesque ne se fait pas sans qu’on se sente habité par sa présence et, la dernière page tournée, il ne vous reste plus que l’envie de continuer la route avec lui.

 

Le seul défaut que j’ai pu trouver : quelques fautes dans les notes. Mais c’est vraiment minime.

 

A mettre entre toutes les mains.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email