Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Mémoires

Posted by olivier_anthore on 25 avril 2010

Le 24 avril 2010 était un jour de mémoire. C’est la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation. Comme chaque année, se sont réunis pour se souvenir anciens combattants, survivants combattants et civils de ce qui restera l’acmé du suicide de la civilisation européenne célébrée par Stefan Zweig dans « Le Monde d’Hier ». Depuis mon enfance j’assiste à ces commémorations qui se passent au pied de mon immeuble. Moment étrange où un passé barbare remonte à la surface d’un quotidien si pacifié.

Le discours prononcé à cette occasion rappela le courage et la nécessité pour ceux qui avaient choisi le camp de l’humanité de se battre sans faiblir contre ceux qui avaient choisi le camp de l’inhumanité. Paroles qui faisaient échos aux inscriptions du monument, citations de poète et d’écrivains fidèles à cette résistance à l’innommable. Tout ici est symbole, cette terre éclatée de Jean Cardot qui porte ces messages du passé au cœur d’une ville moderne. Trait d’union entre ce qui fut et ce qui sera.

En assistant à cette cérémonie, en écoutant le chant des marais et celui des partisans, en regardant ceux en lesquels la flamme de la vie avait refusé de s’éteindre et qui restait témoigner, on ne pouvait que se demander : quelle leçon cette mémoire nous enseigne t’elle ?

Depuis Hannah Arendt, nous savons qu’il y a une banalité du mal, que rester humain demande un effort incessant. Effort de mémoire mais aussi de réflexion pour ne plus rendre possible les conditions d’un tel naufrage de la raison.

C’est cet élan qu’avait su insuffler le traité de Rome et qui malgré les vicissitudes nous a doté d’institutions communes, d’un parlement et même d’une monnaie. Toutes choses précieuses pour assurer la paix et nous protéger de la barbarie.

Car n’oublions pas que ce qui a rendu possible les naufrages Italiens et Allemands qui nous ont entraînés à leur suite sont autant les égoïsmes nationaux que la volonté de rechercher des coupables avant des solutions.

Si aujourd’hui est un jour de tristesse, pour éviter qu’il ne soit qu’une simple réunion de commémoration mais une occasion de donner du fruit pour nous et nos enfants, nous devrions réfléchir à deux fois sur le chemin que prends l’Europe aujourd’hui et le repli insidieux de chacun dans son pré carré.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email