Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Sécurité routière et cadre de vie

Posted by olivier_anthore on 5th juillet 2010

Il ne vous a pas échappé qu’à l’occasion de la mise en place du Cristolib, le débat sur les conditions de circulation et sur la sécurité routière à Créteil n’a pas, ou peu, été abordé.

Les principes d’urbanismes du Canton Ouest sont directement hérités des années 70. L’effet de ces principes est la création de grandes tranchées totalement dévouées aux voitures : RNIL 186, N19, avenue du général de Gaulle. Ce n’est pas une surprise si ces axes, propices aux vitesses excessives, sont aussi les axes les plus accidentogènes de notre commune, selon les statistiques départementales.

La mise en place de Cristolib devrait être l’occasion de remettre en cause cette domination sans partage de la chaussée par la voiture. En effet, si cela n’est pas fait, ce sont les piétons qui devront céder la place sur les trottoirs ce qui serait assez paradoxal.

Des solutions existent, mais la première condition semble être un meilleur dialogue entre le département et la ville. La mise en place de double-sens cyclable par la ville ou l’autorisation de la chaussée du TVM aux vélos n’auraient de sens que suite à une concertation des deux collectivités pour assurer la cohérence du plan de circulation.

L’exemple de la RNIL186 où, de part et d’autres, lycée, collège et lieu de culte sont situés sur les abords immédiats, montre à quel point il est urgent de trouver un moyen de diminuer la vitesse sur ce tronçon. La seule proposition de franchissement étant une passerelle trop éloignée et inadaptée à l’usage des riverains. Est-il besoin de préciser que cela empire si vous avez une mobilité réduite ?

Ceci est aggravé par le fait que cet axe sert d’itinéraire de délestage de l’A86 quand elle est saturée.

Mais toutes demandes se heurte au fait que, si la RNIL dépend du département, ses abords dépendent de la mairie.

Voilà un exemple de concertation concrète qui semble être de bon sens mais qui pour autant ne donne pas beaucoup de résultats visibles.

(éditorial publié dans la lettre cantonale du Canton Ouest Créteil de Juin)

Posted in Créteil | Commentaires fermés sur Sécurité routière et cadre de vie

Mémoires

Posted by olivier_anthore on 25th avril 2010

Le 24 avril 2010 était un jour de mémoire. C’est la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation. Comme chaque année, se sont réunis pour se souvenir anciens combattants, survivants combattants et civils de ce qui restera l’acmé du suicide de la civilisation européenne célébrée par Stefan Zweig dans « Le Monde d’Hier ». Depuis mon enfance j’assiste à ces commémorations qui se passent au pied de mon immeuble. Moment étrange où un passé barbare remonte à la surface d’un quotidien si pacifié.

Le discours prononcé à cette occasion rappela le courage et la nécessité pour ceux qui avaient choisi le camp de l’humanité de se battre sans faiblir contre ceux qui avaient choisi le camp de l’inhumanité. Paroles qui faisaient échos aux inscriptions du monument, citations de poète et d’écrivains fidèles à cette résistance à l’innommable. Tout ici est symbole, cette terre éclatée de Jean Cardot qui porte ces messages du passé au cœur d’une ville moderne. Trait d’union entre ce qui fut et ce qui sera.

En assistant à cette cérémonie, en écoutant le chant des marais et celui des partisans, en regardant ceux en lesquels la flamme de la vie avait refusé de s’éteindre et qui restait témoigner, on ne pouvait que se demander : quelle leçon cette mémoire nous enseigne t’elle ?

Depuis Hannah Arendt, nous savons qu’il y a une banalité du mal, que rester humain demande un effort incessant. Effort de mémoire mais aussi de réflexion pour ne plus rendre possible les conditions d’un tel naufrage de la raison.

C’est cet élan qu’avait su insuffler le traité de Rome et qui malgré les vicissitudes nous a doté d’institutions communes, d’un parlement et même d’une monnaie. Toutes choses précieuses pour assurer la paix et nous protéger de la barbarie.

Car n’oublions pas que ce qui a rendu possible les naufrages Italiens et Allemands qui nous ont entraînés à leur suite sont autant les égoïsmes nationaux que la volonté de rechercher des coupables avant des solutions.

Si aujourd’hui est un jour de tristesse, pour éviter qu’il ne soit qu’une simple réunion de commémoration mais une occasion de donner du fruit pour nous et nos enfants, nous devrions réfléchir à deux fois sur le chemin que prends l’Europe aujourd’hui et le repli insidieux de chacun dans son pré carré.

Posted in Réflexions | Commentaires fermés sur Mémoires

 
Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook