Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Apprendre les langages informatiques comme une langue ?

Posted by olivier_anthore on 6 mai 2011

Ce billet est une réaction à la tribune de Mehdi Benchoufi et d’Éric Legrandic parue dans le Monde « Inscrire les langues informatiques dans les programmes scolaires ». Le Monde n’autorisant les commentaires qu’à ses abonnés, j’ai envoyé ce texte à un des auteurs et je le publie sur mon blog.

La première chose qui m’a étonné, pour dire le moins, est la confusion apparente qui est faite entre langage et langue. Je voudrais proposer deux définitions pour expliquer mon étonnement.

Un langage informatique est un ensemble de mots-clés univoque (un mot n’a qu’un sens) destiné à agir sur une machine. Un langage informatique est certes doté d’une grammaire, peut s’enrichir de mots spécifiques par la création de fonctions, même dans certains cas voir un mot changer de sens avec le supersede autorisé dans certains langages.

Une langue est un langage naturel c’est à dire un ensemble de mots qui peuvent être multivoque destiné à interagir avec quelqu’un, ou quelque chose.

Je vois dans l’opposition entre les deux qui est faite dans cette tribune une opposition artificielle qui ne peut avoir d’autres buts, je l’espère, que de provoquer un débat.

De quel débat est il alors question ? Il semblerait que les auteurs veulent pointer le retard français au niveau technologique. Mais de quel retard est il question ? Car si retard il y a, en l’occurrence il n’est fait état que du retard dans le numérique. Notre pays peut s’enorgueillir d’une avance certaine dans quelques domaines mais il serait épuisant et vain d’être en avance partout. Quand on est la cinquième puissance économique mondiale et qu’on ne s’inscrit pas dans un ensemble plus vaste, en clair européen, il faut faire des choix.

Si l’on regarde les derniers résultats de l’enquête PISA, il est d’ailleurs beaucoup significatif de constater le recul constant des résultats en science des élèves français. Ceci est même sensible sur les mathématiques, matières devenues honnies comme étant porteuses de sélection après avoir été considérée comme l’honneur de l’esprit français.

De même que les mathématiques ne méritaient ni tant d’honneurs ni son indignité actuelle, il serait d’une efficacité douteuse de réduire, dès le plus jeune age, l’informatique à travers le langage à un apprentissage de base au même sens que l’éducation civique.

Tout au plus en feront nous un langage mort avant d’être né. En effet, la force de ce langage est la capacité qu’il donne à agir dans un but donné. Mais quels buts peuvent être fixé à l’élève si au départ on donne lui donne pas la possibilité de le comprendre ? Définir un but cela demande de la culture qu’elle soit scientifique ou littéraire.

Pour conclure, je rappellerai à ceux qui on vu le film « The Social Network » que la grande force de Marc Zuckerberg n’a pas été de coder Facebook, mais de définir ce qu’il devait être et d’établir sa stratégie de diffusion. Le codage a été laissé à un obscur programmeur dont la présence fantomatique est vite évacuée dans le film. Et ce n’est pas un hasard.

Les « pisseurs de codes » sont rarement les héros de l’innovation. Une leçon à ne pas oublier si on veut compenser un retard.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

2 Responses to “Apprendre les langages informatiques comme une langue ?”

  1.   Jérôme Says:

    Eh bien ils réfléchissent un peu trop au think tank club Jade ! En effet le raccourci entre langue humaine et langage informatique est pourr le moins stupide.
    Je ne vois pas en quoi enseigner un langage de programmation à un môme suscitera forcément une vocation. Dans le même ordre d’idée, comme on manque de plombiers, on devrait instaurer des cours de plomberie !
    Par contre, une introduction à la logique ne pourrait être que bénéfique. D’ailleurs il me semble que la théorie des ensembles fait déjà partie du programme de mathématiques.
    Au fait, la France est-elle encore en retard dans ce domaine ? Nos écoles d’ingénieurs forment de très bons informaticiens. Côté grand public, l’abonnement ADSL n’est pas si cher, comparé aux prix pratiqué dans les autres pays. Le principal problème, ce n’est pas l’apprentissage, mais la fracture numérique, toujours présente…

  2.   olivier_anthore Says:

    Vérification faite la théorie des ensembles a été abandonnée car jugée trop abstraite. R.I.P. Bourbaki et son fondement des mathématiques.

    Oui c’est sur que la logique serait un bon apprentissage mais, en y réfléchissant un peu, je pense qu’apprendre les principes du raisonnement scientifique et l’histoire de la science, épistémologie pour faire gras, serait une bonne chose.

    Je pense que nous avons globalement rattrapé notre retard, nous sommes doué pour rattraper, mais qu’actuellement nous ne savons pas dépasser nos modèles. C’est le fameux blocage français : nous ne savons pas laisser leur chance aux outsiders