Une vue excentrée

Regards de la périphérie

3ème rencontre des marianne de la diversité : un promesse trahie ? (3/3)

Posted by olivier_anthore on 4 mai 2011

Dernière partie de mes réflexions sur les rencontres des Marianne de la diversité.

Dans ce retour au religieux, parfois radical,que l’on peut constater même en France, ne faut il pas voir là les conséquence d’une promesse trahie ? Promesse d’une libération de la femme qui se transforme en asservissement de l’individu par l’économie et son instrumentalisation du désir.

Je parle d’asservissement par l’économie pour faire référence à une société où ce qui devient le seul critère déterminant de sa position sociale est son patrimoine et sa capacité à acheter. C’est le propre d’une société de consommation telle que nous la vivons en occident.

Je parle d’instrumentalisation du désir quand les modèles de ce qui est désirable ramène de manière systématique au besoin de consommation. Le désir est utilisé pour diriger l’acte d’achat mais le fait d’être soi-même un objet de désir des autres est érigé en impératif. Ceci se voit particulièrement à travers les impératifs esthétiques mais aussi par les impératifs de possessions matérielles.

Pour conclure, une dernière citation de cette soirée « il faut se battre car la laïcité et l’égalité n’ont pas la force du naturel ». J’ai toujours du mal à parler de « naturel » dans une société humaine. Il y a pour moi ce qui couvre les besoins et ce qui s’y oppose. Une société n’est que la résultante de cette tension entre ces deux pôles.

La confusion est souvent entre l’indifférenciation et l’égalité. Effectivement, ce qui n’est pas « naturel » c’est de considérer une femme comme un homme. Mais les considérer de manière égale n’est pas les confondre. Être considéré selon ce qu’on est capable de faire et non selon l’opinion que l’on a de nous, c’est la base de la liberté de chacun : hommes et femmes.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email