Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Il était un petit navire

Posted by olivier_anthore on 31 août 2009

asterix_obelix_pirate

S’il existe une constante dans l’histoire humaine, c’est la quête de sens.

 

Face à des phénomènes incompréhensibles avec nos moyens de l’époque, nous avons créé des dieux, des mythologies, des légendes. Parfois contradictoires, parfois tellement inscrites dans un moment particulier de notre histoire qu’elles en devenaient ridicules ou incompréhensibles quelques années plus tard.

 

Toujours, nous avons eu besoin de mettre une cohérence à ce qui nous entourait en faisant appel, le cas échéant, au merveilleux. Toujours, comme je le signalais dans un billet précédent, nous éprouvons ce besoin d’un discours qui donne un sens à notre environnement et à notre histoire personnelle.

 

En acceptant que, peu ou prou, tout discours sur notre société est obligé de laisser une part au merveilleux, il est intéressant de se demander, dans le discours dominant, quelles sont les éléments de merveilleux et s’ils sont encore crédibles.

 

Un élément de merveilleux du discours dominant depuis les années 80 est le mythe de la croissance infinie. Ce mythe a été particulièrement bien illustré par la finance qui a réussi à faire croire qu’à la bourse les immeubles pouvaient monter jusqu’au ciel. A croire que le mythe de Babel a été oublié.

 

Ce qui rendait ce discours crédible, c’est que malgré la violence sociale qu’engendrait cette course à la croissance infinie, tout le monde semblait en profiter. La crise a mis par terre ce discours mais pour autant, rien de nouveau ne semble émerger de manière tangible.

 

En fait, une parabole qui parait pertinente serait celle d’un bateau à vapeur au milieu de l’Océan. Le capitaine, constatant que les vents et les courants contraires faisait reculer le bateau, réussit à convaincre l’équipage et les passagers qu’il faut que la chaudière dégage plus de chaleur. Comme il n’y a pas de combustibles supplémentaires, la solution tombe naturellement : il faut bruler les canots de sauvetages.

 

Idée géniale, le bateau s’allège et les chaudières dégageant plus d’énergie, le bateau avance beaucoup plus vite. Évidemment, il ne faudrait pas que le bateau coule car ceux qui ne savent pas nager risquent de trouver très saumâtre l’annonce du naufrage.

 

Cependant, tout va bien et, dans le mouvement, on continue de dépecer le bateau de tout ce qu’il contient de bois. Les cabines de deuxième et de troisièmes classes sont les premières à être supprimées, on en arrive même à remettre en cause la nécessité du pont du bateau et déjà en plusieurs endroits l’équipage et les passagers ont fait sauter des lattes.

 

Arrive une tempête et là ça devient beaucoup moins drôle. Pire, le bateau tangue dangereusement et on se rend compte que le pont du bateau avait quand même l’avantage de contenir l’eau des vagues en dehors du bateau.

 

Tout le monde dans le bateau fragilisé par les prélèvements effectués sur son infrastructure souffre du mauvais temps mais le soleil fini par revenir. Dans les cabines de premières classes on retrouve vite le sourire. Tout cela n’était finalement pas si grave. Voire…

 

Le problème est que dans le reste du bateau, les autres passagers doivent toujours vivre avec les paquets d’eau embarqués par le

bateau lors de la tempête et ils n’ont guère les moyens d’écoper. Les écopes étaient elles aussi en bois…

 

J’arrête là la parabole et je reviens dans le monde réel où, normalement, nous devrions considérer ce type de comportement comme aberrant.

 

Cependant, en considérant que la croissance était un objectif en soi sans même se poser la question de la durabilité de notre raisonnement, n’avons-nous pas commencé à bruler notre bateau ? Lieu commun que celui là si l’on écoute les discours de tous les horizons, mais rien de concret ne semble changer pour maintenir le bateau à flot.

 

Cependant, la croissance a l’air de repartir et les banques, présentées comme agonisantes il y a moins de six mois, se préparent à des lendemains qui chantent. Bien sur l’embellie de cet été est fragile pour ne pas dire artificielle. Bien sur les bénéfices des banques sont dus à des salles de marchés équipées à neufs d’ordinateur qui anticipent les demandes d’achat sans créer de richesses. Comme au temps de Potemkine, il ne faut pas regarder de trop près les riants paysages.

 

Mais, dans le reste du bateau, c’est beaucoup moins roses et la colère gronde. En Grèce, la jeunesse se révolte face à un manque de perspectives. En Chine, les « restructurations » ne passent plus. La montée globale de la violence envers les patrons et les cadres en France montrent à quel point. Partout, la petite musique de cette croissance a de moins en moins de crédits.

 

Quelle conséquence en tirer ? Il me semble qu’il faut d’urgence réactiver un projet de société qui remette deux idées anciennes dans leur formulation mais toujours neuves dans leurs applications : l’Égalité et la Fraternité.

 

Sans elles, aucune Liberté ne peut avoir de sens. Une société basée uniquement sur la Liberté serait comme un poulailler libre où les renards libres vivraient à coté des poules libres.

 

Vivant dans un monde fini, il faudra nous poser la question essentielle qui va dominer les années à venir sur la répartition des ressources entre chacun de la manière la plus égale et la plus juste possible. Et, pour finir de compliquer les choses, cette réflexion se devra d’être internationale.

 

Il est facile de se rendre compte que ce genre de position peut vite devenir un vœu pieu plein de bons sentiments. C’est pour cela, les hommes ne changeant pas, qu’il me parait nécessaire de remettre en avant sur le long terme l’idée de l’Europe puissance.

 

Si nous voulons changer les choses et ne pas couler avec le navire, il nous faudra être fort pour remettre le bateau dans le bon sens.

Article intéressant :

 

 

Une crise qui ne règle pas les problèmes qui l’ont générée, par Daniel Cohen

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email