Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Un lendemain de nausée démocratique

Posted by olivier_anthore on 2 décembre 2018

J’ai longtemps hésité à donner ma position exacte sur les événements se déroulants dans notre pays ces dernières semaines. Malgré quelques demandes sur le sujet, je suis resté volontairement sur une simple condamnation des débordements sans rentrer dans le fond du sujet.

Le phénomène des « Gilets Jaunes » n’est guère facile à appréhender car il ne se présente pas comme un mouvement uniforme. Il ne s’adresse pas à un sujet en particulier mais vise un mal être diffus dans notre société qui ne date pas d’hier.

Le président Jacques Chirac, en son temps, avait été élu sur le constat d’une fracture sociale. Il n’a jamais lors de ses mandats pu expliquer en quoi il luttait d’une manière ou d’une autre contre. Aucun de ses deux successeurs n’a d’ailleurs fait mieux.

Il m’a fallu avant de me décider à en parler d’essayer de mieux mesurer au-delà des chiffres ce qui pouvait être le ressort de cette mobilisation. Le fait est que pour commencer à comprendre, il m’a fallut aller jusqu’à Saint Étienne pour voir en action un petit groupe de gilet jaune et mesurer le soutient massif de la population à leur égard.

Il m’a fallu reprendre patiemment beaucoup d’éléments d’analyse sur l’évolution de notre société tout le long des années 90 et du début des années 2000.

Cela ne facilité pas une prise de parole rapide mais au vu des ratages éclatants de MM. Dupont-Aignant, Wauquiez, Mélenchon et de de Mme Le Pen sur le sujet, je pense y gagner.

Il n’y a rien d’évident dans un mouvement qui dénie toute représentation. Rien de compréhensible dans l’attitude de gens qui mettent leur vie en danger et s’étonnent des conséquences.

Une chose ressort de toutes les interventions : une colère puissante et dévastatrice. Ce genre de colère qui pousse au pire et qui le réalise. C’est ce que nous avons vu, effarés, dans la dégradation de l’Arc de Triomphe et de la tombe du soldat inconnu.

Cette colère a une conséquence immédiate : elle rends impossible tout exercice démocratique. En niant toute représentation du mouvement, en disqualifiant le pouvoir comme interlocuteur, ce mouvement invite alors à mettre en place des gens non-élus comme représentant d’un peuple qui n’a pas eu l’occasion de se prononcer.

Il est donc impossible au gouvernement, issu d’une majorité régulièrement élue, de se soumettre au dictat des barricades.

Cette colère ne vient pas de nulle part. Personne, politique ou syndicaliste, n’a été en mesure de l’entendre et de lui donner forme avant qu’elle ne s’exprime. Elle traduit un sentiment profond et massif d’une injustice faite à toute une part de la population.

Ce constat maint fois entendu d’un État qui disparaît de l’espace rural, d’un emploi qui se raréfie et de taxes qui pèsent sur les budgets interpelle toute personne qui s’occupe de politique.

Ce sentiment d’injustice est fondé. On ne peut regarder la transformation insidieuse de notre pays sans réaliser que nous avons laisser sans alternative toute une part de la société.

Notre pays doit se transformer, c’est une nécessité vitale. Pour autant, il n’est plus envisageable que cette transformation soit faite sans que les conséquences soient partagées avec des population qui n’en peuvent mais.

Ce gouvernement, que je soutient, a essayé de faire ce qui n’a pas été fait depuis des années. Il a essayé de le faire le plus vite possible. Le problème c’est qu’on ne peut pas agir pour le bien d’un peuple sans ce même peuple.

Il y a un moment où il faut que chacun fasse un pas vers l’autre.

Il est temps que l’on revienne à la raison et qu’une table ronde publique soit mise en place.une négociation claire sous l’œil des caméras.

Il est temps que ceux qui se présente comme étant les chefs de file des Gilets Jaunes assument leurs responsabilités en tant que tels.

Il est temps que le climat insurrectionnels que veulent faire régner dans les rues de Paris finissent.

Il est temps que l’on mette les moyens d’enquêtes pour que ceux qui profitent de ce chaos soient déférés et jugés comme il se doit.

Il n’y a pas de démocratie sans lois, pas de démocratie sans discussions, pas de démocratie sans responsabilités.

Et, je n’envisage pas mon cher pays, France bien aimée, sans la démocratie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 
Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook