Une vue excentrée

Regards de la périphérie

Ne laisser personne sur le bord du chemin

Posted by olivier_anthore on 10 mars 2011

Vous trouverez ci-dessous la partie détaillée du programme Modem pour le Val de Marne. Ce programme donne les grandes lignes directrices que je souhaite défendre.

Oui, nous sommes tous d’accord pour dire qu’il faut ‘changer les mentalités’ sur le handicap. Il est maintenant temps d’agir. Le Conseil général a la possibilité d’œuvrer pour le bien de tous, en évitant toute  « discrimination » . Agir efficacement c’est garder en mémoire que ce qui est fait pour les citoyens ne peut se faire sans eux.

1 – INSERTION SOCIALE ET PROFESSIONNELLE

Evaluation des perspectives d’emploi et mise en place de mesures le favorisant

1.1 – Création par les départements d’un organisme extérieur indépendant des administrations et associations gestionnaires pour l’évaluation des perspectives d’emploi. Organisme prenant en compte les notions de situation de handicap et de vieillissement (influence potentielle de l’âge sur une prise de décision et donc liée à l’efficacité et à la sécurité d’une action, ainsi qu’influence réelle de l’âge sur le physique).

1.2 – Financement par le FIPHFP (Fonds d’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique) des formations nécessaires à la qualification des personnels des MDPH (Maisons Départementales des Personnes Handicapées), souvent bien mal préparées.

1.3 – Dynamisation de la politique des services destinés aux personnes dépendantes (handicapées et âgées) améliorant ainsi la situation de l’emploi dans le département, et en France.

–          Encourager et aider pour cela à la création de cabinets de santé de proximité : aides-soignants libéraux plus adaptés aux soins de nursing lorsque les compétences des infirmiers ne sont pas spécialement requises. Cette action élargirait sans conteste la clientèle potentielle d’autres acteurs libéraux tels les médecins généralistes, les ergothérapeutes, les ostéopathes, les kinésithérapeutes, les infirmiers, les sociologues, et assistantes sociales… .

1.4 – Dans le cadre d’un programme Etat/Région/Départements/Villes, favoriser l’implantation dans chaque commune ou groupement de communes de plus de 20 000habitants, de maisons / appartements familiaux et indépendants intégrés en milieu urbain ou rural, susceptibles d’offrir entre autres, aux parents âgés la possibilité de continuer à vivre avec leur enfant adulte handicapé.

1.5 – La mise en oeuvre d’un partenariat entre collectivités locales devrait permettre une mutualisation des efforts faits pour l’accessibilité/adaptabilité des bâtiments dont elles ont la charge (baisse de coûts garantis par l’importance des marchés proposés).

1.6 – Application stricte de la loi pour rendre accessibles les collèges dans le très court terme (1 à 2 ans) par tous moyens ou technologies modernes (même mobiles), en laissant jouer l’imagination et la compétence pragmatique plutôt que la sophistication aléatoire à surcoûts non maîtrisés, en attendant la mise en conformité exigée à l’horizon2015.

1.7 – Subordonner l’octroi d’aides publiques à la prise en compte de l’accessibilité pour la voirie et les aménagements des espaces publics ainsi que les lieux essentiels dont il est propriétaire (loi du 13 août 2004) ou a la responsabilité.

1.8 – Application sans dérogations de la loi sur l’accessibilité des locaux publics et lieux de travail, et favorisation par allègements fiscaux de tous moyens permettant de dynamiser l’emploi des personnes handicapées. (Les normes prévues dans le Code de la Construction pour les équipements, et bâtiments publics, concernant les personnes handicapées, doivent devenir la norme standard. Il est à noter l’économie substantielle qui serait faite par la Collectivité).

2.- HEBERGEMENT

2.1 – Prise en compte des mêmes données par le Code de la Construction en ce qui concerne les logements collectifs : les normes « spécifiques pour personnes handicapées » devenant unique référence, et/ou norme standard. Développement au même titre que la HQE (Haute Qualité Environnementale) de la norme HQU (Haute Qualité d’Usage).

–          Ainsi, l’ascenseur doit être obligatoire, bien entendu accessible et adapté, les dimensions des logements et leurs équipements accessibles à tous (largeur de porte et de couloir, sens d’ouverture des portes de l’intérieur vers l’extérieur, etc…).

–          De même, les équipements sanitaires de ces logements doivent être ceux prévus, actuellement, pour des « logements adaptés ». Une telle conception de la construction doit permettre un « logement durable » du citoyen. Les coûts s’en trouveraient réduits évitant ainsi l’obligation de produire pour une population spécifique.

2.2 – En attendant le logement collectif prévu pour tous : budgétisation d’enveloppes départementales permettant l’octroi de financements spécifiques « HLM adaptables » aux locataires âgés, handicapés et/ou à mobilité réduite.

2.3 – Création de structures d’accueil plus nombreuses (dans les conditions définies dans le programme du Collectif des Démocrates Handicapés) et développement des structures temporaires de jour qui permettraient aux familles de ‘souffler’.

2.4 – Mise en oeuvre de crédits conséquents pour la remise en état et l’humanisation des établissements accueillant autant les personnes âgées que des enfants et adultes handicapés.

Chaque personne hébergée dans un établissement devrait pouvoir disposer d’un petit appartement privé, de deux pièces, lui permettant de recevoir, voire d’héberger temporairement sa famille ou ses amis ou permettre une vie de couple.

3.- AMENAGEMENT DE L’ESPACE ET EQUIPEMENT

Si, en premier lieu, doivent être gérées les conditions pour une accessibilité « physique », l’accessibilité géographique est aussi à prendre en considération et à banaliser et à intégrer systématiquement.

L’usager doit être pris en considération comme ‘entité intégrale’ : il n’y a pas ‘d’usager handicapé ou âgé’, ce sont les bâtiments qui sont handicapés par rapport aux citoyens. Il n’existe que des usagers-citoyens libres et égaux ; pour en avoir la confirmation, il suffit de se rapporter à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen établie en 1793.

D’où la nécessité, pour le Mouvement Démocrate, de développer une véritable politique ergonomique de l’espace où l’accessibilité/adaptabilité doit être la même pour tous. Accessibilité/adaptabilité qui doit être prise en considération pour tous y compris bien entendu tous les types de handicaps (physiques, sensoriels, mentaux et même l’âge) et dans toute l’étendue de la société et du cadre de vie.

Il est impératif que l’on ait une conception nouvelle de l’urbanisme, avec comme priorité la satisfaction de l’individu et de son bien-être. Il est dommageable que l’élaboration d’une construction et/ou d’une réhabilitation ne prenne pas comme point de départ fondamental les besoins de l’utilisateur.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

8 Responses to “Ne laisser personne sur le bord du chemin”

  1.   Jean-Philippe LaMarche Says:

    Bonsoir,
    ce programme dit « Modem » ne serait il pas celui du CDH ?
    Merci de me répondre

  2.   olivier_anthore Says:

    Bonsoir,

    Cette partie du programme a été fait par la Commission Nationale Handicap du Modem. Elle nous a été proposée par Bruno BLAIS, conseiller municipal Modem à Vincennes et membre de cette commission.

    J’y adhère totalement ce qui explique cette publication.

    Cordialement,

  3.   Jean-Philippe LaMarche Says:

    Bonjour,
    Merci de m’avoir répondu. Merci d’adhérer aux propositions de ce texte. Personnellement je ne suis pas du Modem, mais je peux vous fournir l’original de ce texte si vous le souhaitez.
    Cordialement,

  4.   olivier_anthore Says:

    Bonjour,

    Ne me remerciez pas : à titre personnel j’ai pu constater ce qu’est la vie quotidienne quand on ne peut se servir de ses jambes ou de ses yeux.

    Constat d’autant plus dur qu’une simple visite à Bruxelles montre à quel point il est possible de faire autrement sans ruiner les finances publiques.

    Je suis de plus persuadé que ce qui est un mieux vivre permanent pour certains est un mieux vivre global pour tous.

    Au niveau accessibilité par exemple, toute personne en poussette ou avec des bagages volumineux comprendra vite que travailler l’accessibilité n’est pas une lubie mais un mieux pour tous.

    Pour les services à la personne, il parait évident qu’outre une création d’emploi, il s’agit aussi de créer du lien par le travail. Le service à la personne c’est une manière de plus de créer du lien social. c’est un autre de mes axes de campagne à travers la relation aux aînés.

    Je suis bien entendu intéressé par toutes propositions allant dans ce sens. Pouvez vous me les envoyer à mon adresse gmail ?

    Cordialement,

  5.   Mamouchka Says:

    Pourquoi faut-il créer une commission indépendante des administrations chargées de gérer le handicap ?
    Pourquoi ne préférez-vous pas réunir un membre de chacune de ces administration et des usagers ou des associations les représentant ?

    Mamouchka.

  6.   olivier_anthore Says:

    Bonsoir,

    Il faut s’entendre sur les termes : indépendant ne veut pas dire s’ignorer.

    A mon sens il faut l’entendre comme une commission qui ne doit pas être juge et partie.

    Cordialement,

    PS : ça faisait longtemps et ça fait plaisir de voir vos commentaires toujours sans concessions.

  7.   Jean-Philippe LaMarche Says:

    Pour Mamouchka,
    Il pourrait ne s’agir que d’un manque de confiance en l’Administration et les associations gestionnaires (juges et parties)réunies.
    voir : http://confortdusage.info/2010/associations-du-manege-ronronnantes-mais-silencieuses/
    http://confortdusage.info/2010/accessibilite-osons-le-pragmatisme/
    Jean-Philippe LaMarche, non adhérent au Modem et rédacteur du texte ci-dessus proposé par le Collectif des démocrates handicapés aux candidats aux cantonales 2011 désirant défendre certaines de nos positions.
    Je remercie ici Monsieur Olivier Anthore qui les accepte toutes.
    cordialement

  8.   Mamouchka Says:

    @ Jean-Philippe LaMarche:
    Je renviens de vos liens.
    le reproche adressé aux associations est commun à tout type de structure ayant acquis une certaine notoriété. C’est la création de la notabilité et de l’institutionalisation.
    Quant au reproche fait à l’administration, il devrait être adressé au gouvernement qui présente le budget et au parlement, dans son ensemble, qui le vote, chapitre par chapitre …Et les parlementaires sont des élus !

    Il me semble également qu’il existe une évaluation des villes de France les plus « accessibles ». Quelle est l’efficacité de ce classement sur les équipes municipales ?

    0 Olivier Anthore:
    Les blogs sont des lieux de conversation et d’information qu’il faut faire vivre !J’ai véritablement besoin de comprendre le monde à travers les expériences et les témoignages des auteurs.

    Au plaisir de vous lire.

    Mamouchka.